L'ACTUALITÉ DE LA VILLE DE NÎMES

L'ACTUALITÉ DE LA VILLE DE NÎMES

2022 : un budget et des projets

7 priorités pour l’année

Des équipements sportifs en forme

Vos principaux rdv en 2022

2022 : un budget et des projets

7 priorités pour l’année

Des équipements sportifs en pleine forme

Vos principaux rendez-vous en 2022

ACCUEILDOSSIERS > 2022 : un budget et des projets

2022 : un budget et des projets

Après deux ans rythmés par la crise sanitaire et le vaste plan de relance mené par la Ville, la municipalité met résolument le cap sur ses projets de mandat. Elle entérine une reprise de l’activité, avec un budget en hausse, des réalisations qui se profilent et le déploiement d’un agenda festif ambitieux.

Agenda VOTE NIMES
Agenda VOTE NIMES
Agenda VOTE NIMES
Agenda VOTE NIMES
Agenda VOTE NIMES
Agenda VOTE NIMES
Agenda VOTE NIMES
Agenda VOTE NIMES
Agenda VOTE NIMES
Slider
Agenda VOTE NIMES
Agenda VOTE NIMES
Agenda VOTE NIMES
Agenda VOTE NIMES
Agenda VOTE NIMES
Agenda VOTE NIMES
Slider
Agenda VOTE NIMES
Agenda VOTE NIMES
Slider
C’est un budget en augmentation qui vient d’être adopté au Conseil Municipal du 18 décembre. Cette évolution à la hausse de 5% traduit une intensification du rythme des investissements liée à l’entrée en phase opérationnelle des projets de mandat.Ainsi, le budget annexe de la rénovation urbaine enregistre une hausse de 5 M€ en 2022. C’est aussi pour le Palais des Congrès l’année du démarrage du chantier, après une période de fouilles et d’études. Prévus sur plusieurs années, ces investissements qui montent en charge sont le reflet de la mise en œuvre des projets de la mandature, même si, 18 mois après l’installation de la municipalité, les études préparatoires dominent encore l’activité des services dédiés à ces projets. Une hausse de 3,73 % des dépenses de fonctionnement est aussi anticipée du fait de l’inflation et des coûts de l’énergie, qui se répercutent sur de nombreux postes de dépenses.

Des recettes dynamiques

Leur augmentation est rendue possible grâce à de nouvelles recettes, comme des rentrées exceptionnelles des droits de mutation : c’est l’indicateur d’une forte attractivité de la ville qui accueille depuis 2020 de nombreux habitants et qui figure dans le top 5 du dernier baromètre d’attractivité des métropoles françaises publié par Arthur Loyd research. Si la Ville ne touche pas au taux d’imposition cette année, l’Etat relève ses bases fiscales de 2% à cause de l’inflation. Enfin, les services ont repris leur fonctionnement habituel et les usagers s’acquittent des prestations (restauration scolaire, péri-scolaire, droit terrasses, stationnement…) après plusieurs périodes d’interruption ou de gratuité. Les efforts de gestion restent de mise. Le niveau d’endettement, maîtrisé et à la décrue, offre des marges de manœuvre raisonnables pour aborder ces multiples chantiers.


D’INFOS
Consulter le budget primitif 2022 de la Ville de Nîmes sur nimes.fr


D’INFOS
tout le budget primitif 2022 :
Ville de Nîmes – Budget (nimes.fr)

7 priorités pour l’année

La ville se transforme, se modernise et s’embellit au quotidien et sur le temps long. Quels sont les aménagements qui vont faire l’actualité en 2022 ? Où en sont les grands projets de ville pour lesquels la municipalité élue en 2020 s’est engagée ? Petite sélection.

L’école Léo Rousson est requalifiée dans le respect de la certification Bâtiment Durable Occitanie
Avec 71,5 M€ de dépenses d’équipement, Nîmes est l’une des villes de France qui consacre le plus important budget d’investissement par habitant. S’il est difficile pour les Nîmois de mesurer ces réalisations avant qu’elles ne se concrétisent par la fin du ballet des engins de chantier, elles se préparent en amont, accompagnées de procédures incompressibles. Des délais qui s’ajoutent au temps légitime et réglementaire de la concertation avec les habitants.
1    Environnement 
La Ville finalise son avant-projet de parc Jacques Chirac pour un démarrage des aménagements en 2023 sur les terrains qu’elle doit acquérir cette année. La forêt des enfants continue de s’étendre et la rénovation énergétique se poursuit tandis qu’un parc photovoltaïque de 14 000 m2 sera installé sur le bâtiment technique de Grézan puis sur d’autres sites municipaux, dans un objectif d’autoconsommation. À noter que le parc de véhicules est renouvelé exclusivement en hybride ou en électrique. Le cimetière du Pont de Justice va faire l’objet d’une extension pour 818 000 €.

2    Éducation 
Située au Clos d’Orville, l’école Léo Rousson va faire l’objet d’une requalification complète à partir du deuxième semestre, pour une durée de deux ans et 10 M€. Durant les travaux, les élèves des classes maternelles rejoindront l’école Émile Gauzy rénovée cette année et les élémentaires se rendront au Mas Boulbon. Dans les autres groupes se poursuit le plan de relance municipal orienté vers les mises aux normes et changements de fenêtres. Un nouveau contrat de restauration scolaire entrera en vigueur au mois de septembre, avec encore davantage d’exigences en termes de qualité et de circuits courts et des mesures concrètes contre le gaspillage alimentaire. Enfin des expérimentations vont être menées pour « rafraîchir » les écoles et leurs cours : ombres portées, free cooling (refroidissement par l’air extérieur), désimperméabilisation et plantations sont au programme dans plusieurs écoles.

Le Palais des Congrès sera livré en 2025.
3   Palais des congrès 
Ce projet d’attractivité majeur avance ! Des fouilles archéologiques ont pris place depuis le 13 décembre et jusqu’au printemps sur son emprise. Ce site de fort intérêt patrimonial, remanié de nombreuses fois au cours des siècles, ne devrait cependant pas dévoiler de surprise susceptible de retarder les opérations. Si le permis de construire fait toujours l’objet d’échanges avec l’Architecte des Bâtiments de France, il devrait être déposé au premier trimestre, pour des premiers coups de pioche fin 2022 et une livraison attendue en 2025. De son côté, le projet hôtelier situé dans le bâtiment actuel de la CCI va bon train et les travaux d’aménagement intérieur devraient commencer d’ici fin 2022 pour une ouverture en 2024. La chapelle Saint-Joseph deviendra quant à elle un nouveau lieu d’exposition : l’aménagement de ses 1 400 m2 est à l’étude..
4    Mobilité 
Avec un budget en hausse (10 M€), les travaux de voirie se concentrent sur les nouveaux quartiers Puits de Roulle et Védelin. Ils accompagnent l’extension des zones 30, le développement des pistes cyclables pour lesquelles 750 000 € sont prévus, la requalification de places et de rues comme la rue Fresque ainsi que dans les quartiers. Deux autres gros chantiers de Nîmes Métropole sont à l’œuvre : le prolongement de la ligne T2 (voir p.30) et l’élargissement du cadereau d’Uzès.
5   Culture 
La procédure de concours dite de dialogue compétitif entre plusieurs équipes d’architecture pour le nouveau conservatoire dans les locaux de la faculté des Carmes se poursuit, tout comme les études de définition du projet de musée textile, de reconfiguration du quadrilatère des Jésuites. Un vélum sera également posé sur le toit-terrasse du Musée de la Romanité.
6    Rénovation urbaine 21,54 M€  
Si la convention vient d’être officiellement signée en présence de la ministre du logement, certaines autorisations environnementales sont encore attendues dans les prochains mois pour que voient le jour des opérations importantes comme le lancement des programmes immobiliers Porte des Arts et Kennedy Sud à Pissevin ou la reconstruction de la ferme-école de Valdegour. Cela n’empêchera pas l’installation de jardins familiaux à l’espace Vergnole (Pissevin) au printemps, ni l’aménagement de la deuxième phase du square Paul Tondut au Chemin bas d’Avignon, où plusieurs démolitions sont programmées en ce début d’année, comme les immeubles Jean Moulin et Bruguier. Au Mas de Mingue, la rénovation et l’extension du centre Jean Paulhan va commencer et se poursuivre jusqu’en 2024, tout comme la reconversion des sites dégagés par les démolitions,ou encore la poursuite des programmes Coutelle et Grillons.

Le programme Kennedy Sud n’attend plus qu’un feu vert de l’État pour démarrer.

7    Patrimoine 
La restauration des Arènes se poursuit jusqu’en 2034 et se concentre cette année sur les travées 2 à 6 pour 2,6 M€ et pour solder le premier tiers de ce vaste chantier. La Maison Carrée, dont le dossier de candidature à l’Unesco sera déposé ce mois-ci à l’examen du Centre du patrimoine mondial, va faire l’objet d’une restitution de ses murs intérieurs et d’une nouvelle scénographie par le nouveau gestionnaire EDEIS, pour avril. En attendant, la Ville met en valeur les abords de l’édifice grâce à un nouvel éclairage nocturne éco-responsable et scénarisé et à la piétonnisation de la rue Auguste, préparée cette année.

Pascal Gourdel,

adjoint au maire chargé des Finances

__________________________________________________________________

Quelles sont les principales caractéristiques du budget de la Ville ?

C’est un budget important qui pèse 357 M€. Notre gestion maîtrisée du fonctionnement des services nous permet chaque année d’investir plus que la moyenne des villes de notre taille, sans pour autant réduire les services aux usagers ou les subventions au secteur associatif, qui a la particularité à Nîmes d’être foisonnant. Avec 71,5 M€, nous investissons plus en 2022 qu’en 2021. Cet investissement ne pèse en rien sur notre dette qui est passée de 291 M€ à 175 M€ en vingt ans. Ni non plus sur les impôts des habitants qui n’ont jamais été augmentés sur cette période. Nous réalisons de plus des économies futures en privilégiant les mobilités électriques et les performances thermiques des bâtiments.

 

 

Comment se structurent les dépenses ?

L’éducation reste le premier poste de la Ville, fonctionnement et investissement confondus. Les dépenses impactent la vie des habitants au quotidien : nettoyage, voirie, proximité, sécurité, solidarité, espaces verts, accès au sport et à la culture, aux festivités… Au-delà, il y a les grands projets, du parc Jacques Chirac au Palais des Congrès en passant par la Halle des Sports, qui visent à continuer à rendre la ville attractive pour les Nîmois et les visiteurs, et injectent aussi de l’argent dans l’économie locale.

Des équipements sportifs en pleine forme

Alors que de gros projets sont en phase pré-opérationnelle (stade des Costières, Parnasse, Halle des Sports), la Ville connaît depuis deux ans, par le biais de son plan de relance municipal, un renouvellement accéléré de ses équipements, en phase avec les attentes des habitants, des clubs et des nouvelles pratiques sportives. Et ce, dans tous les quartiers.

photographie, tourisme, Nimes

Le projet du nouveau stade des Costières porté par Rani Assaf, implique la construction dès ce début d’année au Mas de Vignoles d’un stade provisoire qui pourra accueillir les matchs du club à sa livraison cet automne. Le projet d’extension du Parnasse fera l’objet d’un concours d’architecture.

2,654 M€ ont été injectés ces deux dernières années dans les équipements sportifs de proximité. La Ville a en effet consacré une partie de son plan de relance municipal voté en juillet 2020 à ces installations de proximité dont bénéficient les habitants et les membres des clubs sportifs. Ce budget a été complété des financements de l’État pour les quartiers
prioritaires dans le cadre de la politique de la ville.

Halle des Sports du Mas de Vignoles La phase de concertation étant terminée, les fouilles archéologiques sont en cours (voir p.36) et les autorisations environnementales attendues pour le milieu de l’année.
La construction devrait démarrer ensuite pour une ouverture en 2025. Ce nouvel équipement accueillera les clubs occupant l’actuel stade des Costières. L’espace création, situé rue des Amoureux, sera également rénové pour reloger quatre clubs. Des études sont menées cette année dans cet objectif.

LE BOOM DES PRATIQUES LIBRES

Aire de street work out («entrainement de rue») à Marcel Rouvière, tables de Teqball (sport proche du football et du tennis de table) à Gaston Lessut et aux Oliviers où ont aussi été placés des agrès : le développement de ces structures en accès libre répond à un véritable besoin de la population qui investit avec bonheur ces nouveaux mobiliers. Un city stade vient en outre de voir le jour sur l’aire Castello, soit le 9e à Nîmes. Plus traditionnels, les terrains de pétanque ont également été repris (Marcel Rouvière, Audoyer, boulodrome…) car il en faut pour tout le monde ! À noter la livraison récente de tribunes pour le stade Auzon Cape.

DU SYNTHÉTIQUE BIEN PRATIQUE

Les terrains de jeu synthétiques ont le vent en poupe à Nîmes : utilisables sur des plages horaires 5 fois plus larges que sur terrains en herbe, ils favorisent la pratique de la discipline du football et du rugby et simplifient la gestion en réduisant les opérations d’entretien et d’arrosage gourmandes en eau (jusqu’à 4 millions de litres par an). De plus, les produits phytosanitaires sont parfois nécessaires pour lutter contre les champignons ravageurs et seront interdits en 2025, même si la Ville, engagée dans la charte « zéro phyto », étudie activement des solutions alternatives. Après le stade Bernard Auzon Cape (Valdegour), le stade Marcel Rouvière (Pissevin) et le stade Marcel Cerdan au Mas de Mingue, c’est au tour du stade Gaston Lessut, à Saint-Césaire, d’accueillir ce revêtement économe ainsi qu’une piste d’athlétisme. Les travaux devraient s’achever ces prochaines semaines.

Le skate park
Il fait l’objet ces prochaines semaines d’une extension. Au printemps, les nombreux skateurs de la ville pourront profiter de son nouveau flow park.

AMÉNAGEMENTS INTÉRIEURS

Nouveau sol pour le Parnasse, espace VIP du Castello pour le RCN et le comité de quartier, rénovations de vestiaires (Kaufmann, Saint Stanislas, Courbiers, gymnases Capouchiné, Jean Moulin, site Marcel Rouvière) ont été conduits tandis que la réfection de la toiture du gymnase Jean Moulin est en cours. En 2022, le gymnase Marcel Cerdan au Mas de Mingue fera l’objet d’une rénovation.


«Nos équipements sportifs connaissent un véritable coup de jeune depuis un an, grâce à notre plan de relance.»

Nicolas Rainville,
en remplacement de Laurent Boissier, nouveau coordinateur sportif du SCO d’Angers.

_________

REBOND POUR LE TENNIS

Deux grosses opérations de rénovation concernent actuellement les trois terrains de tennis du complexe Raymond Pelissier et leur éclairage, bientôt terminées, et celles qui démarrent ce mois-ci sur les trois terrains de Saint Stanislas pour un achèvement en mars. Précédemment ce sont les trois terrains de tennis de Gaston Lessut et leur clôture qui ont été rénovés, tout comme ceux de Marcel Rouvière, avec la création également d’un mur de tennis, et l’éclairage de ceux de Roger Audoyer. Soit 11 terrains remis en parfait état pour plus de 700 000 €.

TIR À L’ARC : OBJECTIF J.O. 2024

La réfection du pas de tir des terrains de tir à l’arc de l’Assomption est un fort enjeu pour les prochaines années : en 2022, après les études seront lancés les marchés pour une réalisation en 2023.

Vos principaux rendez-vous en 2022

Sport, culture, festivités ou traditions : Nîmes va encore vibrer cette année.

Agenda VOTE NIMES
Agenda VOTE NIMES
Slider

POUR EN SAVOIR PLUS 
Sous réserve de contraintes sanitaires
nimes.fr

Share This