LE JOURNAL D'INFORMATION DE LA VILLE DE NÎMES

Vivre Nîmes
ACCUEIL > A VENIR > Parc Jacques Chirac : le projet dévoilé

Parc Jacques Chirac :
le projet dévoilé

La Ville vient de retenir le projet d’aménagement de reconversion des anciennes Pépinières Pichon en vaste parc public. Respectueuses du site et de la végétation déjà en place, les séquences paysagères qu’il propose offrent une diversité de promenades et d’usages, en accord avec les souhaits exprimés lors de la phase de concertation.

D’ici 2023, ce parc qui suit le cadereau du Vistre de la Fontaine de la gare de Nîmes jusqu’au boulevard Allende sera un lieu ouvert à tous les publics. Et d’ici 2025, il sera prolongé au-delà, jusqu’à l’autoroute A9, en continuité piétonne, grâce à une traversée souterraine sous le boulevard. Familles, sportifs, jardiniers amateurs, petits marcheurs ou grands promeneurs, pourront s’aérer, se détendre ou se restaurer dans ce poumon vert de plus de 14 hectares. Situé sur les anciennes pépinières Pichon, il représente le dernier maillon de la « diagonale verte », tracé de mobilité douce partant des Jardins de la Fontaine. Réuni fin janvier, le jury a sélectionné le projet de l’« Atelier lieux et paysages », pour son programme paysager, fonctionnel, environnemental et social.

Préservation de la végétation existante

Respectant le patrimoine bâti, hydraulique et végétal qu’il requalifie et enrichit, le projet de parc développe une conversation entre la ville et la nature, à travers une succession de paysages cohérents avec l’histoire du site. Il conduit ainsi de la ville antique à son terroir fertile, en suivant les sinuosités de la rivière originelle. Plusieurs parcours de promenade seront possibles le long de ses allées : la Via Viridis Veritas trace un axe principal qui invite à un voyage à travers serres cultivées, jardins de pluie et de brume, potagers, clairières, pépinières, jusqu’à la plaine sportive qui termine la phase 2. La promenade du Belvédère constitue l’autre fil conducteur du parc suivant le cadre hydraulique et se poursuit après le boulevard le long des méandres du Vistre dans l’archipel forestier. Sa grande largeur permet de courir, faire du vélo, s’amuser grâce à des jeux tracés au sol et bornes d’écoute des eaux souterraines… Les connexions au parc sont aussi transverses est-ouest permettant un usage privilégié des résidents limitrophes. Sa fermeture la nuit (de Natoire à Allende) sera un gage de tranquillité pour ces derniers.

Un parc à énergie positive

Gestion des eaux pluviales par infiltration naturelle, éclairage led, installation de deux stations de forage et pompage alimentées par des panneaux photovoltaïques ou des éoliennes, choix de matériaux durables comme les revêtements drainants et murs en gabion, réemploi des matériaux in-situ recyclés, mobiliers en bois brut, entretien simple et gestion raisonnée, choix d’espèces végétales adaptées au territoire et aux conditions climatiques répondent à l’exigence environnementale du cahier des charges.

Bien–être intergénérationnel

Le parc bénéficie d’espaces favorisant les rencontres et les échanges. Il alterne grandes clairières conservant les arbres existants éparses et pépinières alternant des « parcelles jardins » et des zones sportives et ludiques. Passé le vaste parvis d’entrée du boulevard Natoire, le bâtiment nord deviendra hôtel-restaurant. Les serres abriteront cultures potagères pédagogiques, espace de restauration et de co-working. La grande clairière, naturellement peu arborée, pourra devenir un
lieu d’événementiels artistiques et culturels. La Vigie, vaste aire de jeux, comportera 4 toboggans tubulaires glissant du toit terrasse, de nombreux jeux et servira de point d’observation privilégié sur l’ensemble du parc. Le dénivelé depuis la promenade du belvédère pourra permettre la création de gradins. Parcelle active et productive, la pépinière en mouvement sera semée de plantes séricicoles (vers à soie) et de plantes papetières utilisées lors d’ateliers de fabrication artisanale. Terrains de pétanque, espaces street workout avec agrès dont certains dédiés aux seniors, tables de pique-nique compléteront ces usages.

Phase deux au sud d’Allende

Elle valorise trois entités paysagères : la clairière d’Iris d’eau, le jardin d’Asie et le jardin d’Amérique du nord. De grands bancs et chaises longues seront installés tous les 10 mètres, de chaque côté de la promenade. Le long de la rue Tour de l’évêque, des jardins vivriers partagés permettront de développer une agriculture urbaine. Un mail de micocouliers invitera à la promenade et au repos sur les berges du Vistre de la Fontaine. Terminant le parcours, la plaine sportive proposera activités et équipements de loisirs ou de sport dont un terrain de foot à sept (demi-terrain) et deux terrains playground de basket. La Ville devrait pouvoir acquérir le foncier d’ici la fin de l’année à l’issue des procédures d’expropriation et déclaration d’utilité publique en cours. En attendant, les préparatifs d’aménagement se poursuivent pour un démarrage en 2021.

Jardin de brume, avec station de pompage éolienne et photovoltaïque.

Le parc de 14,5 hectares achève la Diagonale verte partant des Jardins de la Fontaine.

10 M € HT

coût de l’aménagement hors rénovation
des bâtiments et acquisition foncière.

_________

Phase 1 (tronçon Natoire-Allende) :

2021-2023

_________

Phase 2 (tronçon Allende-A9) :
livraison

2025

_________

14,5

hectares.

_________

Projet collaboratif

_________

La complexité urbaine et paysagère du site a amené la Ville à mettre en œuvre une vaste démarche de concertation publique en 2018. Activités, loisirs, équipements, sécurité… autant de sujets sur lesquels les habitants se sont exprimés afin de construire une réflexion commune sur l’avenir du parc, intégrée au cahier des charges.

La vigie, aire de jeux et point d’observation ouvert à tous.

Share This