L'ACTUALITÉ DE LA VILLE DE NÎMES

L'ACTUALITÉ DE LA VILLE DE NÎMES

La feria des Vendanges, qui s’est déroulée du 14 au 17 septembre, vient de s’achever. Abrivados, parades musicales, spectacles équestres, corridas et bodegas : retour en photos sur cette édition 2023. Olé !

Après quatre jours de feria des Vendanges, le Nîmois a souvent le « blues » voire un peu mal à la tête. Il arpente les rues désertes qui, la veille encore, bouillonnaient de vie et d’allégresse. Pour diminuer cette mélancolie post-feria, Vivre Nîmes vous propose un retour en images sur l’une des plus belles fête de l’année.

Vendanges du Clos de la Fontaine. Depuis 2020, une récolte symbolique avec l’AOC Costières de Nîmes est réalisée à partir de 200 ceps plantés au pied de la Tour Magne. Une manière de marquer le début de la feria des Vendanges. Ce vendredi 15 septembre, une centaine de kilos ont été récoltés, un record.
Abrivado. C’est toujours un spectacle de voir ces courageux attrapaïres qui tentent de stopper un taureau en pleine course. Ici, lors de l’abrivado du vendredi 15 sur le Jean-Jaurès avec la manade du Gardon.
Camargue. Avec le spectacle « Camarguissimo » aux Jardins de la Fontaine samedi 16 et dimanche 17, la compagnie Caval’Show a mis à l’honneur le cheval Camargue. Une quinzaine de cavaliers ont voltigé sur le dos de leur magnifique destrier, symbole de notre région.
Lea Vicens, reine de l’arène. Samedi 16, elle était chez elle la rejoneadora nîmoise. Lea Vicens a offert un magnifique mano a mano avec le Portugais Diego Ventura, leader du top 10 des toreros à cheval. Ce dernier s’est offert la porte des Consuls. Lea Vicens est sortie par la porte des cuadrillas.
Batucadas. Cette grande parade de musiques de rue du samedi soir était une des nouveautés de cette feria des Vendanges. 80 musiciens de bandas, batucadas et peñas, accompagnés de danseurs, ont fait vibrer les Nîmois dans une parade musicale qui a commencé vers la Maison Carrée pour s’achever sur le parvis des Arènes.

Rythmes. Fanfares aux Halles, comptoirs rue Fresque et musiques sur le Victor-Hugo… toute la ville bat aux rythmes de la Feria.

La der d’El Juli. Arènes combles pour les adieux en France du maestro madrilène, dimanche 17. Pour cette corrida de clôture, sa 51e à Nîmes, le matador a fait face à des toros de Victoriano del Rio. Il en sort triomphant par la porte des Consuls.
Alternative de Solalito. Si El Juli a tiré sa révérence, le jeune Nîmois Solalito, lui, est devenu, ce dimanche 17, matador de toros. Pour cette alternative, son parrain n’était autre qu’El Juli. Une belle passation, un joli symbole.
Tradition. Dimanche 17, avec sa parade costumée des associations folkloriques, ses musiques traditionnelles et ses charrettes fleuries, le ban des Vendanges symbolisait la célébration de la récolte du raisin.
Messe. La cathédrale affichait complet dimanche 17 pour la traditionnelle messe traditionnelle accompagnée de ses farandoleurs.

Share This