L'ACTUALITÉ DE LA VILLE DE NÎMES

L'ACTUALITÉ DE LA VILLE DE NÎMES

ACCUEIL > L’ESPRIT DE NÎMES > Nouveau souffle sur la place d’Assas

Nouveau souffle sur la place d’Assas

Conçue en 1989 par le plasticien et sculpteur Martial Raysse, la place d’Assas n’a jamais été aussi belle. Riche de son passé, elle accueille aujourd’hui deux nouveaux restaurants qui font écho à son élégance et à son histoire.

La place d’Assas s’anime tout l’été pour les Jeudis de Nîmes.

Livia

En hommage à notre Rome française, quatre passionnés se sont associés pour imaginer un nouveau restaurant où élégance et histoire romaine se mêlent aux saveurs envoûtantes de l’Italie. Jimmy Vialle, à la tête de la renommée brasserie Le Questel, et son partenaire gastronomique Philippe Louvel, ont confié à Laurent Loesel, talentueux chef cuisinier, et Freddy, ancien directeur de restaurant, les clés de « Livia ». Un hommage à la troisième épouse de l’empereur Auguste, qui marqua l’Histoire et reçu les honneurs et le titre suprême d’Augusta. « Il nous paraissait important d’être véritablement ancré dans l’histoire de notre ville. Cette place regorge de trésor que nous nous efforçons de mettre à l’honneur dans nos assiettes », explique le chef, qui a notamment fait ses classes chez Alexandre à Garons. Et son talent n’a d’égal que son imagination grâce à des plats, souvent à partager pour plus de convivialité, comme les focaccia Amore aux tomates cerise, roquette et jambon de Parme ou Nemausus à la brandade de Nîmes, basilic et spianata, ou encore l’escalope milanaise XXL assaisonnée à la gremolata, la très goûteuse persillade italienne. Des plats signatures comme Les amants de Pompéi au charbon d’aubergine, mozzarella di buffala, sauce au pesto noir réhaussé d’une tuile de pâtes à l’encre de seiche, ou encore la Tarte au citron en trompe-l’œil sont déjà de véritables stars des réseaux sociaux pour leur originalité et leur saveur. De grands vins du Piémont issus de nobles cépages finiront de satisfaire vos papilles (qui en redemanderont à coup sûr) !
Livia a Tavola / @livia.atavola / livia-nimes.fr/

Monsieur Chouette

Benjamin et Florian Ducros, deux dynamiques trentenaires, viennent tout juste de reprendre les rênes du mythique Danieli, tenu pendant plus de trente ans par Daniel Bourguet. C’est en ayant toute la confiance de l’ancien propriétaire que les jeunes Nîmois ont repensé les espaces et la carte de cette belle affaire familiale. À la tête d’un second restaurant à Mauguio depuis huit ans, ces professionnels de la restauration sont heureux de pouvoir enfin s’investir à Nîmes : « C’est une grande joie de revenir dans notre ville, et qui plus est sur la place d’Assas. Nous avons voulu une décoration en adéquation avec l’élégance de la place, esprit bois et rotin, dans les tons beige et sable », décrit Benjamin, le cadet. Côté cuisine, c’est également un jeune chef de 34 ans, Thomas Gléjan (passé par le Jules Verne chez Ducasse à Paris), qui sublime les plats de sa cuisine méditerranéenne grâce à un tout nouveau four à braise, esprit barbecue, pour des saveurs uniques de viandes, poissons et légumes grillés. Une carte éphémère, actualisée tous les mois, garantit aux clients fraîcheur et qualité autour notamment d’une formule midi avec entrée, plats de poisson ou de viande au choix, et dessert maison pour 23 €. Des vins locaux du Languedoc, des Cévennes aux côtes du Roussillon, et une belle carte de cocktails à siroter en terrasse, accompagnée de somptueux tapas, vous feront définitivement succomber aux charmes de cette nouvelle « Place to be ».
Monsieur Chouette – Nîmes / @monsieurchouette_ / monsieur-chouette.com

Une place symbolique

_________

Si l’artiste Martial Raysse a réalisé la place du Marché en 1987, il imagine deux ans plus tard la place d’Assas. On y admire notamment deux têtes-fontaines monumentales qui se font face, abreuvent un bassin central d’où émergent quatre colonnes. La tête féminine à l’est représenterait Nemausa, la source de Nîmes, l’autre, masculine, symboliserait le dieu Nemausus. C’est aussi une place mystérieuse car elle est truffée de symboles ésotériques, avec des éléments venus du tarot ou de la franc-maçonnerie. Au fond, une pyramide de verdure et de rochers symboliserait le jardin d’Eden mais aussi la montagne de la sagesse, avec au sommet une statue d’un homme lisant sur une chaise.
Notons que dans le cadre des 30 ans de Carré d’Art, plusieurs œuvres de Martial Raysse s’exposent au Musée des Beaux-Arts jusqu’au 17 septembre. Cet été, l’office de Tourisme de Nîmes propose également des visites guidées les samedis 15 et 29 juillet et les samedis 12 et 26 août à 10h30 autour de l’artiste (tout le programme sur le site www.nimes-tourisme.com).

Share This