L'ACTUALITÉ DE LA VILLE DE NÎMES

L'ACTUALITÉ DE LA VILLE DE NÎMES

ACCUEIL > TRIBUNES POLITIQUES > TRIBUNES POLITIQUES d’Avril 2023

TRIBUNEs POLITIQUES d’Avril 2023

Avril 2023

 GROUPES DE L’OPPOSITION 

Nîmes Citoyenne à Gauche

Le feuilleton des Halles

Depuis plusieurs semaines, les allées des Halles de Nîmes bruissent de questionnements : quels seront les travaux de rénovation engagés ? quand vont-ils commencer et pour combien de temps ? dans quel lieu ce marché si important pour les Nîmoises et Nîmois va-t-il être délocalisé pendant les travaux ? Pour obtenir des réponses, les étaliers et les clients devaient se contenter d’informations glanées dans la presse. Le 8 mars dernier, le Maire s’est enfin fendu d’un courrier aux commerçants des Halles, expliquant que la Ville travaillait depuis plusieurs mois avec un programmiste sur différents scenarii. Il aurait été judicieux d’associer, dès le début, à cette réflexion les principaux concernés qui n’ont eu de cesse de le demander. Nous ne sommes pas surpris : cette conception toute particulière de la démocratie locale – décider d’abord, « discuter » ensuite – est la marque de la majorité municipale. C’est d’ailleurs en dénonçant le manque d’écoute de la Ville que l’association de commerçants « Cœur de Nîmes » a annoncé tout récemment suspendre ses activités. Il s’agit d’un très mauvais signal : les professionnels qui font vivre le centre-ville doivent être entendus et respectés ; les décisions qui les impactent doivent faire l’objet d’une véritable concertation.
V. Bouget, J. Menut, C. Giacometti, B. Ferrier, S. Fayet, C. Bastid,
M. Bernède, P-E. Détrez
elus.ncg@orange.com

Les Progressistes

Pour les commerçants, comme pour les habitants du centre-ville nîmois l’inquiétude est véritable. Le renoncement de l’association Cœur de ville est le signe supplémentaire d’une situation qui se détériore entre les différents acteurs et responsables du dynamisme et de l’attractivité de l’écusson et de sa proche périphérie. Un sentiment d’incertitude et de flottement ressenti également par les étaliers de halles, confrontés à un manque de visibilité quant à leur avenir, notamment celui de la fin de leurs baux commerciaux en 2029 ou d’hypothétiques travaux. Il est urgent de renouer le dialogue, de retisser le lien avec tous ceux qui sont les forces vives de notre quotidien et d’un cœur de vie qui a besoin d’être écouté, encouragé et rassuré. Sans une confiance mutuelle, rien ne sera possible.
Les Progressistes

Les élus du Rassemblement national

La fermeture du bureau de Poste de Nîmes-Gambetta va dans le sens de la logique de la casse des services au public qui règne et s’est amplifiée depuis qu’Emmanuel Macron est président de la République.
Pendant que les élus de gauche s’agitent sur ce sujet alors même qu’ils ont voté pour Emmanuel Macron, notre député nîmois, Yoann Gillet, soucieux de préserver concrètement et au mieux les services publics de proximité, agit et a obtenu des engagements de La Poste (rénovation et renforcement des services de La Poste à l’esplanade, pérennisation du bureau de Debussy, élargissement des horaires à Beausoleil, préservation des emplois,…).
Parler, c’est bien.
Agir, c’est mieux !
Le groupe des élus RN

 GROUPE DE LA MAJORITÉ 

Nîmes, une Ville engagée
pour son patrimoine naturel

La Cité des Antonin se positionne à la 35e place sur les 34 820 communes françaises qui composent le classement annuel de l’association Villes et Villages où il fait bon vivre. Cette reconnaissance nationale met à l’honneur le travail effectué par le Groupe de la Majorité Municipale qui œuvre à assurer et entretenir « l’art de vivre à la nîmoise ».
Depuis 2001, la Ville s’est transformée sous l’impulsion de Jean-Paul Fournier qui, à travers son action, a su préserver le patrimoine naturel de notre territoire afin de garantir cette qualité de vie qui caractérise le bien-être des Nîmois.
En effet, la Ville de Nîmes apporte une attention toute particulière à la place des aménagements paysagers de qualité dans l’ensemble des projets urbains réalisés. Afin de perpétuer et d’amplifier cette démarche de mise en valeur de notre patrimoine vert, de nouveaux espaces accessibles à tous sont créés dans le respect de la biodiversité.
Grâce à la volonté de Jean-Paul Fournier, un poumon vert de 54 hectares a ainsi pu voir le jour, depuis deux ans, sur le site des Terres de Rouvière. Chantal May, Adjointe déléguée à la Végétalisation et aux Parcs et Jardins, a su mener à bien cet objectif ; aménager cet espace naturel pour le bien-être de tous et le doter d’un plan de gestion différencié afin de préserver et développer sa biodiversité et ainsi de la prendre en compte dans son entretien, son aménagement et sa découverte.
La préservation et la requalification de l’espace naturel des Terres de Rouvière s’inscrivent dans le programme des projets essentiels voulus par Jean-Paul Fournier en faveur des générations futures.
C’est dans cette perspective que se dessine, à travers l’action de Julien Plantier, 1er Adjoint délégué à l’Urbanisme, et de Pascale Venturini, Adjointe déléguée à l’Environnement et la Transition écologique, l’arrivée du futur Parc Jacques
Chirac. Véritable trame verte entre le sud de la commune et les portes du centre-ville, celui-ci offrira aux habitants un espace de près de 15 hectares où la détente viendra côtoyer la préservation de nombreuses espèces végétales.
Labellisée Territoire Engagé pour la Nature depuis 2021, la Ville multiplie les initiatives pour la sauvegarde et la promotion de la biodiversité.
C’est le sens du projet pédagogique «Forêts des enfants», où des élèves de CP plantent un arbre à l’aide des jardiniers de la Ville. D’ici 2026, 10 000 arbres seront plantés et permettront d’offrir des lieux nourriciers à la faune et à la flore locale, d’installer des refuges pour la biodiversité, de lutter contre le réchauffement climatique, et plus largement de sensibiliser les enfants aux problématiques actuelles de l’environnement.
C’est l’ambition de Jean-Paul Fournier et du groupe de la Majorité Municipale d’intensifier ces actions pour préserver le patrimoine naturel de notre territoire.

 GROUPES DE L’OPPOSITION 

Nîmes Citoyenne à Gauche

Le feuilleton des Halles

Depuis plusieurs semaines, les allées des Halles de Nîmes bruissent de questionnements : quels seront les travaux de rénovation engagés ? quand vont-ils commencer et pour combien de temps ? dans quel lieu ce marché si important pour les Nîmoises et Nîmois va-t-il être délocalisé pendant les travaux ? Pour obtenir des réponses, les étaliers et les clients devaient se contenter d’informations glanées dans la presse. Le 8 mars dernier, le Maire s’est enfin fendu d’un courrier aux commerçants des Halles, expliquant que la Ville travaillait depuis plusieurs mois avec un programmiste sur différents scenarii. Il aurait été judicieux d’associer, dès le début, à cette réflexion les principaux concernés qui n’ont eu de cesse de le demander. Nous ne sommes pas surpris : cette conception toute particulière de la démocratie locale – décider d’abord, « discuter » ensuite – est la marque de la majorité municipale. C’est d’ailleurs en dénonçant le manque d’écoute de la Ville que l’association de commerçants « Cœur de Nîmes » a annoncé tout récemment suspendre ses activités. Il s’agit d’un très mauvais signal : les professionnels qui font vivre le centre-ville doivent être entendus et respectés ; les décisions qui les impactent doivent faire l’objet d’une véritable concertation.
V. Bouget, J. Menut, C. Giacometti, B. Ferrier, S. Fayet, C. Bastid,
M. Bernède, P-E. Détrez
elus.ncg@orange.com

Les Progressistes

Pour les commerçants, comme pour les habitants du centre-ville nîmois l’inquiétude est véritable. Le renoncement de l’association Cœur de ville est le signe supplémentaire d’une situation qui se détériore entre les différents acteurs et responsables du dynamisme et de l’attractivité de l’écusson et de sa proche périphérie. Un sentiment d’incertitude et de flottement ressenti également par les étaliers de halles, confrontés à un manque de visibilité quant à leur avenir, notamment celui de la fin de leurs baux commerciaux en 2029 ou d’hypothétiques travaux. Il est urgent de renouer le dialogue, de retisser le lien avec tous ceux qui sont les forces vives de notre quotidien et d’un cœur de vie qui a besoin d’être écouté, encouragé et rassuré. Sans une confiance mutuelle, rien ne sera possible.
Les Progressistes

Les élus du Rassemblement national

La fermeture du bureau de Poste de Nîmes-Gambetta va dans le sens de la logique de la casse des services au public qui règne et s’est amplifiée depuis qu’Emmanuel Macron est président de la République.
Pendant que les élus de gauche s’agitent sur ce sujet alors même qu’ils ont voté pour Emmanuel Macron, notre député nîmois, Yoann Gillet, soucieux de préserver concrètement et au mieux les services publics de proximité, agit et a obtenu des engagements de La Poste (rénovation et renforcement des services de La Poste à l’esplanade, pérennisation du bureau de Debussy, élargissement des horaires à Beausoleil, préservation des emplois,…).
Parler, c’est bien.
Agir, c’est mieux !
Le groupe des élus RN

 GROUPE DE LA MAJORITÉ 

Nîmes, une Ville engagée
pour son patrimoine naturel

La Cité des Antonin se positionne à la 35e place sur les 34 820 communes françaises qui composent le classement annuel de l’association Villes et Villages où il fait bon vivre. Cette reconnaissance nationale met à l’honneur le travail effectué par le Groupe de la Majorité Municipale qui œuvre à assurer et entretenir « l’art de vivre à la nîmoise ».
Depuis 2001, la Ville s’est transformée sous l’impulsion de Jean-Paul Fournier qui, à travers son action, a su préserver le patrimoine naturel de notre territoire afin de garantir cette qualité de vie qui caractérise le bien-être des Nîmois.
En effet, la Ville de Nîmes apporte une attention toute particulière à la place des aménagements paysagers de qualité dans l’ensemble des projets urbains réalisés. Afin de perpétuer et d’amplifier cette démarche de mise en valeur de notre patrimoine vert, de nouveaux espaces accessibles à tous sont créés dans le respect de la biodiversité.
Grâce à la volonté de Jean-Paul Fournier, un poumon vert de 54 hectares a ainsi pu voir le jour, depuis deux ans, sur le site des Terres de Rouvière. Chantal May, Adjointe déléguée à la Végétalisation et aux Parcs et Jardins, a su mener à bien cet objectif ; aménager cet espace naturel pour le bien-être de tous et le doter d’un plan de gestion différencié afin de préserver et développer sa biodiversité et ainsi de la prendre en compte dans son entretien, son aménagement et sa découverte.
La préservation et la requalification de l’espace naturel des Terres de Rouvière s’inscrivent dans le programme des projets essentiels voulus par Jean-Paul Fournier en faveur des générations futures.
C’est dans cette perspective que se dessine, à travers l’action de Julien Plantier, 1er Adjoint délégué à l’Urbanisme, et de Pascale Venturini, Adjointe déléguée à l’Environnement et la Transition écologique, l’arrivée du futur Parc Jacques
Chirac. Véritable trame verte entre le sud de la commune et les portes du centre-ville, celui-ci offrira aux habitants un espace de près de 15 hectares où la détente viendra côtoyer la préservation de nombreuses espèces végétales.
Labellisée Territoire Engagé pour la Nature depuis 2021, la Ville multiplie les initiatives pour la sauvegarde et la promotion de la biodiversité.
C’est le sens du projet pédagogique «Forêts des enfants», où des élèves de CP plantent un arbre à l’aide des jardiniers de la Ville. D’ici 2026, 10 000 arbres seront plantés et permettront d’offrir des lieux nourriciers à la faune et à la flore locale, d’installer des refuges pour la biodiversité, de lutter contre le réchauffement climatique, et plus largement de sensibiliser les enfants aux problématiques actuelles de l’environnement.
C’est l’ambition de Jean-Paul Fournier et du groupe de la Majorité Municipale d’intensifier ces actions pour préserver le patrimoine naturel de notre territoire.

Retrouvez l’espace d’expression des groupes politiques du Conseil Municipal sur nimes.fr
Share This