L'ACTUALITÉ DE LA VILLE DE NÎMES

L'ACTUALITÉ DE LA VILLE DE NÎMES

ACCUEIL > EN VUE > Camille Lellouche chante à Paloma

CAMILLE LELLOUCHE

CHANTE à paloma

Celle que le public a découverte avec son humour se consacre
aujourd’hui à la chanson. Elle sera sur la scène de Paloma le mercredi 25 janvier à 20h. Rencontre.

BIO EXPRESS

_________

Née 10 juin 1986 à Paris
Actrice, humoriste et chanteuse

2015 : demi-finaliste de The Voice
2016 : premier one-woman show Camille en vrai
2020 : Victoire de la Musique pour son titre Mais je t’aime avec Grand Corps Malade
2021 : Sort son premier album « A »

Comment avez-vous construit votre amour pour la musique ?

Jeune, déjà, je voulais être chanteuse et monter sur scène. J’ai eu une sensibilité pour la musique très tôt parce que ma mère écoutait du jazz, du gospel, de la variété, de la musique classique. Elle a décidé de me mettre au piano toute petite. Je pense qu’elle a bien fait et je la remercie aujourd’hui.

Après avoir écumé les cafés-concerts parisiens, vous vous tournez vers la comédie. Pourquoi ?

J’ai toujours aimé ça. J’ai fait du théâtre, je suis passée par Acting International et les cours d’improvisation. Même si j’aime faire rire, je suis quelqu’un de réservé et je pense que le théâtre m’a permis de me lancer dans le grand bain.

Vous faites partie de ces artistes qui se sont fait connaître grâce aux réseaux sociaux. Concrètement, qu’est-ce que vous a apporté internet ?

Tout. Quand j’ai commencé, j’étais transparente : cela a été mon premier support, ma première vitrine pour vendre mon art. C’est là que j’ai pu fidéliser un public et les gens ont accroché.

Même lorsque vous montez sur scène pour faire rire, vous vous sentez obligée de passer derrière le piano. Est-ce plus fort que vous ?

Dans un « one-woman show » on peut faire ce qu’on veut, il n’y a pas de règles. Quand je monte sur scène j’ai envie de faire tout ce que j’aime et chanter c’est mon premier amour.

Vous avez reçu une Victoire de la Musique pour votre titre Mais je t’aime avec Grand Corps Malade. Vous attendiez-vous à un tel succès ?

Un succès, on ne le voit jamais arriver. C’est une chanson que j’avais écrite il y a plus de 4 ans. Un jour, Grand Corps Malade me contacte pour son album de duos et je lui ai proposé. Je lui ai fait écouter, il m’a dit : « On ne touche à rien et je rajoute ma partie ». Ça a donné la version que vous connaissez.

Comment s’est déroulé l’enregistrement de votre premier album ?

C’était une période assez compliquée pour moi, dans ma vie privée. On retrouve donc des morceaux assez tristes où on parle d’amour, de trahison et de déception. C’est un album où je me livre, où je me confie complètement.