L'ACTUALITÉ DE LA VILLE DE NÎMES

L'ACTUALITÉ DE LA VILLE DE NÎMES

ACCUEIL > DÉCOUVERTE > Musée de la Romanité : dévoiler Nemausus

Musée de la Romanité :

Dévoiler Nemausus

À travers les aquarelles grand format de Jean-Claude Golvin, plongez à l’époque de la Nîmes antique avec l’expo « Dévoiler Nemausus ». Un événement qui court du 8 décembre au 5 mars au Musée de la Romanité.

Faire le portrait de Nîmes telle qu’elle était à l’Antiquité et lui redonner vie avec son environnement, ses monuments, ses rues, ses habitants, telles sont les ambitions de la nouvelle exposition temporaire du Musée de la Romanité, « Dévoiler Nemausus ». Le musée a invité l’architecte, archéologue et dessinateur Jean-Claude Golvin pour reconstituer Nîmes à l’époque romaine du Haut Empire, notamment à l’époque augustéenne (Ier et IIe siècles de notre ère). « Il s’agit d’une immersion dans Nemausus complètement inédite », se félicite Nicolas de Larquier, conservateur en chef du Musée de la Romanité.

Restitution architecturale

Né à Sfax en Tunisie en 1942, Jean-Claude Golvin, est, dès son plus jeune âge, passionné par le dessin, l’histoire et par les sites antiques d’Afrique du Nord. Diplômé en architecture, à partir de 1973, il collabore à la mise en valeur de l’amphithéâtre romain d’El Jem en Tunisie. Il se spécialise dans l’étude des amphithéâtres romains. De 1979 à 1990, il réside en Égypte et dirige le Centre Franco-Égyptien d’Étude des Temples de Karnak à Louqsor. C’est après son retour en France qu’il se consacre à la restitution du patrimoine ancien par le dessin à l’aquarelle. Sa spécialité : la restitution architecturale. « Le but de la restitution architecturale est de reconstruire méthodiquement, en collaboration avec les meilleurs connaisseurs des sites, une image crédible de la ville étudiée. C’est une proposition, bien sûr, mais basée sur les connaissances scientifiques », explique Jean-Claude Golvin, directeur de recherche émérite au CNRS. Ses dessins illustrent de nombreux ouvrages historiques et sont également utilisés dans des reportages ou encore par l’industrie du jeu vidéo.

Jean-Claude Golvin © Manon Jeanjean – Ville de Nîmes

Vue aérienne de la maison à la mosaïque de Penthée vers le IIe siècle. ©Ville de Nîmes – Jean-Claude Golvin

13 nouvelles aquarelles

Une cinquantaine d’aquarelles (format 1,10 mètre sur 75 centimètres) sont présentées. Une vingtaine sont dédiées à Nîmes et les autres à la Gaule avec des villes comme Narbonne ou Arles. « On essaye de dévoiler le quotidien des gens qui vivaient il y a 2 000 ans là où nous vivons aujourd’hui. On verra par exemple des maisons comme celle de la mosaïque de Penthée découverte sur le Jean-Jaurès en 2006 », continue Jean-Claude Golvin. Au fil du parcours, différents dispositifs numériques permettront au visiteur d’arpenter aussi Nîmes à l’époque romaine. « La vidéo Promenade à Nemausus conçue par le service Valorisation du patrimoine de la Ville et créée à partir du travail de Jean-Claude Golvin sera notamment présentée », précise Nicolas de Larquier, conservateur du musée de la Romanité. Le visiteur pourra aussi jouer à la version du jeu vidéo « Assassin’s Creed » développé par Ubisoft à partir des dessins de l’Égypte antique de l’artiste. Pour créer ses dessins, Jean-Claude Golvin s’est appuyé sur les recherches menées par Marc Célié et Richard Pellé, archéologues à l’Inrap. Des recherches notamment dans le cadre du grand chantier de restauration des Arènes, entrepris par la Ville de Nîmes depuis plus de 10 ans. « Pour la première fois, 13 aquarelles inédites montrent l’ampleur du chantier de l’amphithéâtre. On retrouve des détails des grues utilisées, des échafaudages ou encore les bâtiments des ateliers des ouvriers », précise le dessinateur. La Maison Carrée faisant partie du grand Forum de Nîmes, mais aussi l’Augusteum ou encore le rempart encerclant la ville font également l’objet de dessins.

Grande vue de l’amphithéâtre en chantier © Manon Jeanjean – Ville de Nîmes


EN SAVOIR PLUS
Musée de la Romanité,
16 bd des Arènes.
04 48 21 02 10
museedelaromanite.fr