L'ACTUALITÉ DE LA VILLE DE NÎMES

L'ACTUALITÉ DE LA VILLE DE NÎMES

Face à l’explosion des coûts de l’énergie, la Ville de Nîmes adapte son offre de services à partir du 1er décembre pour en atténuer l’impact budgétaire et environnemental. Extinctions nocturnes, adaptation de la température et des horaires d’ouverture de certains équipements publics sont programmées progressivement dans le cadre de son plan de sobriété.

Confrontée elle aussi à la flambée des coûts de l’énergie, la Ville de Nîmes, déjà engagée dans une démarche vertueuse depuis plusieurs années, renforce son action en matière de sobriété énergétique en dévoilant un plan de nouvelles mesures, applicables pour certaines dès le 1er décembre. L’objectif assumé : parvenir à une économie prévisionnelle d’1,3 M€ sur l’année 2023, soit 10,6 % de ses dépenses estimées à 12,5 M€.

Un budget multiplié par 2 en 2023 et par 3,5 en 2024

A l’instar de toutes les collectivités de France, la Ville de Nîmes subit de plein fouet la crise énergétique qui secoue le pays. Elle doit faire face à des prévisions alarmantes, notamment une hausse de + 300% estimée sur le coût de l’électricité pour 2024. Pourquoi pas dès 2023 ? Les prix sont fort heureusement bloqués en 2023 grâce à un marché à prix fixe pour la consommation des bâtiments publics, passé fin 2021. Mais ce dernier devra être renouvelé fin 2023, avec toutes les hausses que l’on peut craindre. Globalement, le budget total prévisionnel des consommations d’énergie des bâtiments publics passerait donc de 6,3 M€ en 2022 à 9,6 M€ en 2023 puis à une hypothèse de 22,3 M€ en 2024.
En 2023, l’ensemble des dépenses liées à l’énergie et aux fluides (eau, gaz, électricité, chauffage urbain, éclairage public) est estimé à 12,5 M.

Un plan soigneusement calculé
Elle travaille ainsi depuis plusieurs semaines avec l’ensemble de ses directions au travers d’une réflexion globale et coconstruite, à l’élaboration de mesures concrètes afin de développer les bonnes pratiques en interne, améliorer l’efficacité énergétique de la collectivité (pour limiter au maximum la hausse des coûts sur son budget de fonctionnement) et réduire au maximum l’impact sur les Nîmois, usagers de ses services.

« Nîmes n’a pas attendu la crise pour agir. La Ville est engagée depuis plusieurs années dans une démarche durable et vertueuse de réduction de notre bilan énergétique. D’abord à travers nos dispositifs de Contrats Globaux de Performances Energétiques (REM, CREM…) sur les bâtiments existants, mais également sur nos grands projets à venir, tels que la future Halle des Sports ou le Palais de Congrès, qui intègrent ces données environnementales« , explique Jean-Paul Fournier, Maire de Nîmes. « Les contraintes sont désormais telles qu’elles nous obligent à prendre de nouvelles mesures. M. le Maire l’a déjà fait en supprimant la patinoire éphémère pour les festivités de Noël par exemple. Dans ce contexte, notre plan de sobriété en appelle à la responsabilité de chacun. Cela est aujourd’hui incontournable », poursuit Pascale Venturini, Adjointe déléguée à l’environnement et à la transition écologique, aux énergies renouvelables et au chauffage urbain.

Extinction de l’éclairage à minuit dès le 1er décembre
Même si sa gestion via des marchés globaux de performance énergétique a déjà permis des réductions de coûts effectives par une baisse d’intensité de l’éclairage de 30 à 50 % selon les zones, la Ville poursuit ses efforts. En effet, à l’instar de 90% des maires de France (sondage AMF/Cevipof publié à l’occasion du Salon des Maires le 23 novembre dernier), Jean-Paul Fournier a opté pour l’’extinction, de minuit à 5 h du matin, de tout un périmètre situé au-delà de la RN106 à l’ouest, du boulevard Allende et la Route d’Avignon au sud, et le chemin des Limites au nord (carte ci-dessous) à partir du 2 décembre au matin.

Zone éteinte (en rouge) de 00h à 5h du matin dès le 2 décembre 2022

Le centre-ville et les Zones urbaines sensibles ne sont pas concernées. De même, les axes de circulation structurants (en bleu) resteront également allumés, dans l’attente de l’avis du Conseil départemental du Gard (route de Beaucaire, route d’Arles, route de Sauve, …) et de la Direction Interdépartementale Méditerranée (RN106, RN113 route de Montpellier) qui en sont les gestionnaires.

Extinction également de l’éclairage patrimonial sur l’Esplanade, l’avenue Feuchères, le Palais de Justice, la place de la Calade, et la Tour de l’Horloge qui seront désormais éteints à minuit (au lieu de 1h aujourd’hui) et ne seront pas rallumés le matin. D’autres lieux resteront totalement éteints la nuit comme le Crocodile Starck (avenue Carnot), la projection du feuillage sur la chaussée (avenue de la Liberté), les giratoires de la rue Vincent Faïta et de l’avenue Pierre Mendès-France, les façades de la rue Clérisseau et de Notre Dame. des maisons sur (Notre-Dame et rue Clérisseau).

Les illuminations de décembre et les décors en 3D installés sur les places et les décors des boulevards s’éteignent désormais à minuit, tout comme l’éclairage des Arènes et de la Maison Carrée.Depuis plus de 10 ans, la Ville a fait le choix de décors en LED afin de diviser par 3 sa consommation électrique. De nombreux décors sont désormais en aluminium et thermoplastique 100% recyclable, et le vidéoprojecteur utilisé pour les projections d’images est à basse consommation.

Exctinction des panneaux publicitaires de 00h à 6h.

Les panneaux publicitaires seront également éteints de minuit à 6h du matin, dans le centre-ville à compter du 1er décembre, puis dans l’année 2023 pour tous les autres secteurs.

Dès janvier 2023 : des équipements sportifs plus économes
Il s’agit ici d’agir sur le fonctionnement des installations sportives en travaillant sur les températures et les heures d’ouvertures pour une meilleure gestion des équipements. Appuyés par les recommandations des fédérations, des arbitrages ont été rendus pour pallier cette hausse des coûts.

Les piscines réorganisées
Dans toutes les piscines, la température baissera d’un à deux degrés : de 20°C à 19°C dans les vestiaires, de 29°C à 27°C dans l’eau et de 28°C à 27°C dans l’air. Puisqu’elle devait subir des travaux de rénovation (bassin) et d’amélioration de la performance énergétique (menuiseries, isolation, système de chauffe), la piscine Fenouillet sera fermée du 1er janvier 2023 au 31 mars 2024, pour un chantier avoisinnant le million d’euros. De même, et dans l’objectif d’une plus grande optimisation de l’ouverture des piscines municipales, une seule d’entre elles (Iris/Neruda/Aquatropic) sera ouverte pendant les vacances scolaires ; le même effort de fonctionnement sera porté sur l’entretien des sites (vidanges et autres). Un travail de réaffectation des créneaux sera effectué par la direction des sports avec les clubs. Enfin, les séances de bébés nageurs accueillies à Aquatropic seront délocalisées à la piscine des Iris pour la saison 2022-2023 et leur maintien sera interrogé pour la rentrée 2023 à l’instar d’autres collectivités qui proposent la suppression ce type de service (l’eau et l’air doivent être chauffées à 31°C).

La patinoire s’adapte
Elle verra sa durée d’ouverture adaptée aux dates de la saison des clubs et de la fréquentation du grand public. Elle sera désormais ouverte sur huit mois, du 1er septembre au 30 avril, et non plus du 1er septembre au 15 juin.

Les bâtiments sportifs
Ils verront leur température réduite d’un à deux degrés, de 18°C à 16°C suivant les espaces (vestiaires, salles de gymnastique ou activités pieds nus, salles omnisports…) et leurs horaires seront aménagés de 8h à 22h. Pendant les vacances scolaires, les gymnases, hors Parnasse et Costières, seront fermés une semaine sur deux (deux semaines lors de la période de Noël). Ils seront également fermés du 15 juillet au 15 août.

Les terrains de sports extérieurs

La Ville se conformera aux recommandations du Ministère des Sports visant à réduire de 50% l’éclairage des avant-matchs et après-matchs pour les rencontres de football et de rugby en journée, et de 30% en nocturne. En parallèle, la Ville procèdera à l’extinction généralisée de l’éclairage des stades à 22h45. Cet éclairage sera optimisé et rationalisé en fonction des besoins des utilisateurs et de la fréquentation. Clubs et Ligues seront invités à suivre également ces recommandations.

Les bâtiments associatifs
Bien que rénovée récemment en respectant les critères environnementaux, son fonctionnement, via l’occupation des salles, la Maison des associations sera optimisée en fonction des heures d’ouverture afin de réduire encore la facture énergétique.
L’éclairage des salles municipales sera intégralement basculé en système de LED dans les bâtiments administratifs et sociaux. Un effort sera porté sur la sensibilisation des personnels et des associations pour le respect des éco-gestes.

Réorganisation à plus long terme dans les bâtiment scolaires
Les températures dans les écoles ne seront pas modifiées par rapport aux années précédentes (19°). Sur le temps périscolaire, la Ville réorganisera d’ici quelques mois l’occupation des espaces par les ALSH et les AlAé en mutualisant les sites pour optimiser leur utilisation et réduire ainsi les dépenses énergétiques. Le dispositif Ecole Ouverte (stage de remise à niveau la 1re semaine des vacances) pourrait être repensé. Une discussion avec les services de l’Education Nationale doit être engagée pour imaginer un regroupement des effectifs sur certains établissements.

Des mesures internes à l’administration municipale
Un plan d’éco-gestes a été mis en place en interne : il engage chacun des agents à adopter des comportements moins énergivores. Un club de 50 référents, chargés de promouvoir les bonnes pratiques dans chaque service, est chargé d’animer au quotidien les comportements vertueux et favoriser les éco-gestes.
Dans tous les services de la Ville :
• Le chauffage est limité à 19°C
• La climatisation est bloquée à 26°C l’été
• Les convecteurs électriques de confort sont interdits
• Tous les appareils électriques (ordinateurs, écrans, éclairages, photocopieurs…) doivent être éteints à la fermeture des bureaux
• L’éclairage LED est généralisé

Fin annoncée des véhicules thérmiques
Concernant la mobilité des agents, la Ville continue de développer sa flotte de véhicules et vélos électriques pour les déplacements professionnels (actuellement 50 véhicules et une vingtaine de vélos). La Ville incite depuis 10 ans ses agents à utiliser les mobilités douces (transports en commun et vélos électriques) en prenant en charge la moitié de leur abonnement annuel.

-40% de consommation d’ici 2030 dans les bâtiments de + 1000m²
A la suite des contrats de réduction de connommation énergétique des équipements publics (CREM et REM), qui ont permis sur 13 bâtiments une baisse de 30 à 70% des connommations, la Ville s’engage dans de nouveaux contrats de ce type dès 2023 afin de respecter le « décret tertiaire » : – 40% de consommation pour tout ensemble de bâtiments de plus de 1000 m² d’ici à 2030. Elle développe les projets d’installation photovoltaïque sur toitures et surfaces de stationnement dans un objectif vertueux d’autoconsommation et d’économies. Un projet de 8 000 m2 est actuellement en cours au Centre Technique Municipal, à Grézan. Des projets d’ombrières photovoltaïques sont à l’étude pour l’installation de 8 000 m² sur des parkings d’équipements publics de la ville, ainsi qu’un projet sur le site des services techniques municipaux, à Bompart. La Ville s’est dotée de nombreux outils de régulation énergétique et de contrôle à distance de ses bâtiments (plateforme énergie, GTC…) et poursuit dans cette voie.

Evaluer la démarche responsable
La Ville s’engage dans la réalisation d’un Bilan des Emissions de Gaz à effets de Serres (BEGES). Son but : définir un point 0 des émissions de la collectivité afin de constituer un plan d’action permettant de tenir l’objectif national de neutralité carbone à l’échéance 2050, en fixant des objectifs intermédiaires. Le BEGES sera l’outil d’évaluation des objectifs. Il porte sur 3 critères : les émissions directes (chauffage des bureaux et bâtiments, émissions produites par la flotte…), les émissions indirectes (liées à la pollution occasionnée pour produire l’énergie), les émissions liées aux transports des salariés. Objectif affiché : parvenir à la décarbonation du fonctionnement des services municipaux.

Lire aussi :
(vidéo) Sobriété énergétique zoom sur les éco-gestes | Vivrenimes.fr

L’école de la Gazelle rénovée a été livrée cet automne 2022

[Vidéo] Maîtriser l’énergie à l’échelle d’une ville | Vivrenimes.fr (nov 2019)