L'ACTUALITÉ DE LA VILLE DE NÎMES

L'ACTUALITÉ DE LA VILLE DE NÎMES

ACCUEIL > TRIBUNES POLITIQUES > TRIBUNES POLITIQUES d’octobre 2022

TRIBUNEs POLITIQUES d’octobre 2022

Octobre 2022

 GROUPES DE L’OPPOSITION 

Nîmes Citoyenne à Gauche

Face à la crise énergétique, nous attendons de l’État qu’il prenne des mesures, notamment taxer les super profits et maintenir le blocage des tarifs réglementés en 2023.
Les collectivités locales, fortement touchées par la hausse des prix de l’énergie, devraient aussi pouvoir bénéficier du tarif réglementé, ce qui n’est pas le cas. Cependant, il n’est pas entendable que cette crise énergétique dégrade la qualité des services proposés au public alors que, dans le même temps, des projets très coûteux (Palais des Congrès, Halle aux sports…) ne sont pas, a minima, suspendus ou reportés.
Nous nous sommes opposés, début septembre, à la réduction annoncée, sous prétexte d’économies, des horaires d’ouverture du Conservatoire de musique, de danse et d’art dramatique.
Cette crise donne également l’opportunité de s’interroger sur le bien-fondé des choix libéraux de la Ville et de la Métropole : depuis des années, la règle est de déléguer dès que possible la gestion d’équipements et de services à des sociétés privées.
La fermeture de la piscine Nemausa début septembre, par décision unilatérale du délégataire, doit nous questionner.
Que se passerait-il si d’autres délégataires (crèche, cantine, culture…) prenaient la même décision car ils ne peuvent plus payer leurs factures ? La gestion publique est une garantie d’équité et de continuité des services au public.
V. Bouget, J. Menut, C. Giacometti, B. Ferrier, S. Fayet, C. Bastid, M. Bernède, P-E. Detrez Contact : elus.ncg@orange.fr

Les Progressistes

Rien ne peut se faire sans dialogue
Si, pour lutter contre une criminalité en augmentation sur notre territoire, on peut regretter que des forces mobiles supplémentaires n’aient pas été affectées à Nîmes, il faut s’interroger sur les conditions nécessaires à la mise en place d’un partenariat plus étroit entre la ville et l’État. Signer le contrat de sécurité intégré entre Nîmes et le Ministère de l’Intérieur en octobre 2021 aurait permis de sceller la première pierre d’une collaboration qui ne se limitait pas à une augmentation du nombre de personnels de la Police nationale dans notre cité. Ce contrat est un outil global pour prévenir et lutter contre les phénomènes de délinquance et préserver la tranquillité publique, un premier levier qui permet d’en actionner de nouveaux en fonction de l’évolution des besoins comme en bénéficient d’autres villes en France. Il faut que l’échange et le dialogue soient noués avec la hauteur républicaine nécessaire imposée par les enjeux de sécurité publique que nous avons collectivement à affronter.
Les Progressistes

Les élus du Rassemblement national

Nîmoises, Nîmois,
Une école brûlée à quelques jours de la rentrée, une jeune fille agressée sexuellement en pleine rue par un migrant, des bus caillassés, des tirs avec des armes,… telle est la triste actualité de cette rentrée à Nîmes.
Le groupe RN ne cesse depuis 2014 de demander des moyens.
Combien de morts et d’innocents agressés faudra-t-il encore ? !
Pour ces raisons, notre nouveau député, Yoann Gillet, a directement interpellé à plusieurs reprises ces dernières semaines le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin.
Nous avons enfin à Nîmes un député qui se bouge !
Vos élus RN
Laurence Gardet, Thierry Jacob, Abder Berkani, Laenny Brito De Sousa

 GROUPE DE LA MAJORITÉ 

La Ville solidaire des habitants

À cause de l’inflation galopante que nous connaissons, les Nîmois constatent, comme tous les
Français, de nombreuses difficultés dans leur vie quotidienne.

Jean-Paul FOURNIER et le groupe de la Majorité Municipale ont répondu aux enjeux en s’engageant notamment à ne pas augmenter le prix de la cantine scolaire pour les élèves des écoles maternelles et primaires. L’école de la République ne doit pas devenir le lieu où règne l’inégalité.

En maintenant le prix de la cantine scolaire, en investissant 6 millions d’euros par an dans ce domaine pour lutter contre l’inflation, c’est un acte fort de la Majorité Municipale de ne pas abandonner les familles. Pour mémoire, la restauration scolaire propose 7 000 repas par jour, dans 54 restaurants scolaires.

La Majorité Municipale pense également au quotidien des étudiants. En effet, en parallèle de l’ouverture de la résidence étudiante dans le quartier de Saint-Césaire avec l’aide de la Ville de Nîmes, nous avons porté la création de deux cheminements piétons, aménagés afin de permettre aux étudiants, dont de jeunes Nîmois, de circuler de la station T2 Campus jusqu’à l’IUT, mais aussi aux lycées Gaston Darboux et Jules Raimu. Une dépense de 200 000 € qui inscrit encore plus la cité des Antonin au cœur d’une vie estudiantine qui se développe.

Jean-Paul FOURNIER et le groupe de la Majorité Municipale ne s’arrêtent pas là : en effet, durant la Feria des Vendanges, une grande campagne de prévention a eu lieu pour lutter contre le phénomène de la drogue dite « du violeur », notamment du GHB, qui s’invite chez les jeunes, dans les verres, lors de soirées festives. Ainsi, une vaste campagne de distribution de 10 000 capuchons de verre a eu lieu sur les stands de prévention et dans des bars partenaires, permettant aux Nîmois de profiter des festivités en toute sécurité.

La solidarité continue, en ce mois d’octobre,
avec les nombreuses manifestations autour d’Octobre Rose, mais aussi tous les événements liés à la Semaine bleue, sans oublier la deuxième campagne de collecte des produits d’hygiène à destination des femmes et des bébés en situation de précarité.

Cette solidarité doit être un moteur, pour nous permettre, encore une fois, d’aider les plus faibles dans la crise énergétique, économique et sociale qui se profile à l’horizon.

Vos élus du Groupe de la Majorité Municipale

 GROUPES DE L’OPPOSITION 

Nîmes Citoyenne à Gauche

Face à la crise énergétique, nous attendons de l’État qu’il prenne des mesures, notamment taxer les super profits et maintenir le blocage des tarifs réglementés en 2023.
Les collectivités locales, fortement touchées par la hausse des prix de l’énergie, devraient aussi pouvoir bénéficier du tarif réglementé, ce qui n’est pas le cas. Cependant, il n’est pas entendable que cette crise énergétique dégrade la qualité des services proposés au public alors que, dans le même temps, des projets très coûteux (Palais des Congrès, Halle aux sports…) ne sont pas, a minima, suspendus ou reportés.
Nous nous sommes opposés, début septembre, à la réduction annoncée, sous prétexte d’économies, des horaires d’ouverture du Conservatoire de musique, de danse et d’art dramatique.
Cette crise donne également l’opportunité de s’interroger sur le bien-fondé des choix libéraux de la Ville et de la Métropole : depuis des années, la règle est de déléguer dès que possible la gestion d’équipements et de services à des sociétés privées.
La fermeture de la piscine Nemausa début septembre, par décision unilatérale du délégataire, doit nous questionner.
Que se passerait-il si d’autres délégataires (crèche, cantine, culture…) prenaient la même décision car ils ne peuvent plus payer leurs factures ? La gestion publique est une garantie d’équité et de continuité des services au public.
V. Bouget, J. Menut, C. Giacometti, B. Ferrier, S. Fayet, C. Bastid, M. Bernède, P-E. Detrez Contact : elus.ncg@orange.fr

Les Progressistes

Rien ne peut se faire sans dialogue
Si, pour lutter contre une criminalité en augmentation sur notre territoire, on peut regretter que des forces mobiles supplémentaires n’aient pas été affectées à Nîmes, il faut s’interroger sur les conditions nécessaires à la mise en place d’un partenariat plus étroit entre la ville et l’État. Signer le contrat de sécurité intégré entre Nîmes et le Ministère de l’Intérieur en octobre 2021 aurait permis de sceller la première pierre d’une collaboration qui ne se limitait pas à une augmentation du nombre de personnels de la Police nationale dans notre cité. Ce contrat est un outil global pour prévenir et lutter contre les phénomènes de délinquance et préserver la tranquillité publique, un premier levier qui permet d’en actionner de nouveaux en fonction de l’évolution des besoins comme en bénéficient d’autres villes en France. Il faut que l’échange et le dialogue soient noués avec la hauteur républicaine nécessaire imposée par les enjeux de sécurité publique que nous avons collectivement à affronter.
Les Progressistes

Les élus du Rassemblement national

Nîmoises, Nîmois,
Une école brûlée à quelques jours de la rentrée, une jeune fille agressée sexuellement en pleine rue par un migrant, des bus caillassés, des tirs avec des armes,… telle est la triste actualité de cette rentrée à Nîmes.
Le groupe RN ne cesse depuis 2014 de demander des moyens.
Combien de morts et d’innocents agressés faudra-t-il encore ? !
Pour ces raisons, notre nouveau député, Yoann Gillet, a directement interpellé à plusieurs reprises ces dernières semaines le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin.
Nous avons enfin à Nîmes un député qui se bouge !
Vos élus RN
Laurence Gardet, Thierry Jacob, Abder Berkani, Laenny Brito De Sousa

 GROUPE DE LA MAJORITÉ 

La Ville solidaire des habitants

À cause de l’inflation galopante que nous connaissons, les Nîmois constatent, comme tous les
Français, de nombreuses difficultés dans leur vie quotidienne.

Jean-Paul FOURNIER et le groupe de la Majorité Municipale ont répondu aux enjeux en s’engageant notamment à ne pas augmenter le prix de la cantine scolaire pour les élèves des écoles maternelles et primaires. L’école de la République ne doit pas devenir le lieu où règne l’inégalité.

En maintenant le prix de la cantine scolaire, en investissant 6 millions d’euros par an dans ce domaine pour lutter contre l’inflation, c’est un acte fort de la Majorité Municipale de ne pas abandonner les familles. Pour mémoire, la restauration scolaire propose 7 000 repas par jour, dans 54 restaurants scolaires.

La Majorité Municipale pense également au quotidien des étudiants. En effet, en parallèle de l’ouverture de la résidence étudiante dans le quartier de Saint-Césaire avec l’aide de la Ville de Nîmes, nous avons porté la création de deux cheminements piétons, aménagés afin de permettre aux étudiants, dont de jeunes Nîmois, de circuler de la station T2 Campus jusqu’à l’IUT, mais aussi aux lycées Gaston Darboux et Jules Raimu. Une dépense de 200 000 € qui inscrit encore plus la cité des Antonin au cœur d’une vie estudiantine qui se développe.

Jean-Paul FOURNIER et le groupe de la Majorité Municipale ne s’arrêtent pas là : en effet, durant la Feria des Vendanges, une grande campagne de prévention a eu lieu pour lutter contre le phénomène de la drogue dite « du violeur », notamment du GHB, qui s’invite chez les jeunes, dans les verres, lors de soirées festives. Ainsi, une vaste campagne de distribution de 10 000 capuchons de verre a eu lieu sur les stands de prévention et dans des bars partenaires, permettant aux Nîmois de profiter des festivités en toute sécurité.

La solidarité continue, en ce mois d’octobre,
avec les nombreuses manifestations autour d’Octobre Rose, mais aussi tous les événements liés à la Semaine bleue, sans oublier la deuxième campagne de collecte des produits d’hygiène à destination des femmes et des bébés en situation de précarité.

Cette solidarité doit être un moteur, pour nous permettre, encore une fois, d’aider les plus faibles dans la crise énergétique, économique et sociale qui se profile à l’horizon.

Vos élus du Groupe de la Majorité Municipale

Retrouvez l’espace d’expression des groupes politiques du Conseil Municipal sur nimes.fr

Share This