L'ACTUALITÉ DE LA VILLE DE NÎMES

L'ACTUALITÉ DE LA VILLE DE NÎMES

Mardi 13 septembre, la Ville de Nîmes présente son nouveau délégataire pour la restauration scolaire: « Dupont Restauration ». L’objectif est de passer de 30% à 50% de produits bio dans les assiettes d’ici 2026.

Avec 30% des aliments servis quotidiennement issus de l’agriculture biologique, 40% à 50% des produits venant de filières courtes et locales, Nîmes est en avance sur la loi EGalim qui prévoit au minimum 20% de produits bios dans les restaurations collectives. « On va continuer cet effort de qualité. C’est l’intérêt des enfants qui prime et, cela, sans augmentation des tarifs pour l’usager« , affirme Jean-Paul Fournier. Le maire de Nîmes qui présente à la presse, ce mardi 13 septembre à l’école primaire Talabot, le nouveau délégataire pour la restauration scolaire : « Dupont Restauration ».  

Le maire de Nîmes, Jean-Paul Fournier, présente à l’école primaire Talabot, le nouveau délégataire pour la restauration scolaire : « Dupont Restauration ».

Juste Prix

« Nous avons sélectionné une offre ambitieuse sur la proportion de produits locaux et bio dans les menus qui sont servis aux enfants, avec des agriculteurs locaux rémunérés au juste prix, grâce à notre collaboration avec la Chambre d’agriculture du Gard« , continue Aurélie Prohin, conseillère déléguée à la restauration scolaire. La société Dupont Restauration poursuit le développement du réseau de producteurs locaux sans centrale d’achats. Biscuits et pains nîmois, salades de Beaucaire, compote cévenole, riz et lentilles de Saint Gilles, viande de bœuf gardoise en soutien à la filière…  40% des aliments sont issus de 31 producteurs présents dans un rayon inférieur à 250 km dont 16 Gardois et 2 Nîmois.  

« L’inflation des coûts des produits n’aura pas d’incidence sur les tarifs des repas« 

Jean-Paul Fournier, maire de Nîmes

50% de produits bios en 2026

La cuisine centrale privilégie aussi l’utilisation de produits de qualité garantis sans OGM. La viande et le poisson répondent par exemple aux labels « Pêche durable » et «  Viande française ». Priorisant le « fait maison », la cuisine centrale de Nîmes travaille également en majorité avec des produits frais et de saison. « L’objectif est d’arriver à 50% de produits biologiques dans les assiettes d’ici 2026 pour doter nos écoliers des meilleurs repas », enchérit Julien Plantier, 1er Adjoint au Maire de Nîmes.

La cantine soclaire en chiffres :

  • 54 restaurants scolaires à Nîmes
  • Jusqu’à 7 000 repas par jour 
  • 6 M€ par an financés par la Ville 
  • 56,5% des enfants scolarisés 
  • 1 M€ d’achat de produits issus de filière courte (gardoise) 
  • Le prix des repas à la charge des familles varie en fonction de leurs ressources entre 1€ et 7€. La charge de la Ville représente un peu plus de 6 M€ par an. 46 % des familles s’acquittent d’1 € par repas.

Le Saviez-vous ?

Une diététicienne élabore les menus et contrôle l’origine des produits. Pour amener les enfants à apprécier légumes et aliments moins courants ou spécialisés du terroir, elle invente des recettes tout en tenant compte de leurs appréciations et en contrôlant la qualité.  
Depuis trois ans, la Ville propose un repas végétarien par semaine aux petits Nîmois.
À noter également que, dans la lutte contre le gaspillage alimentaire, le nouveau délégataire s’engage à distribuer les repas non consommés à des associations caritatives. 42 tables de tri permettent de recycler les déchets alimentaires et d’éduquer les élèves au tri.