L'ACTUALITÉ DE LA VILLE DE NÎMES

L'ACTUALITÉ DE LA VILLE DE NÎMES

ACCUEIL > À L’AFFICHE > Paloma fête ses 10 ans !

©Boby Allin

Paloma fête ses 10 ans !

Créée en 2012, la Scène de Musiques Actuelles (SMAC) de Nîmes Métropole, Paloma, a accueilli les plus grands artistes. Les 9 et 10 septembre, venez souffler sa 10e bougie d’anniversaire en musique et en famille.

Paloma est l’une des plus grandes SMAC de France. Au-delà d’être un passage obligé pour les artistes en tournée, elle se veut un projet artistique fédérateur et un lieu de pratique musicale pour tous et ouvert à tous. Elle permet ainsi aux projets musicaux de la région nîmoise de profiter d’un accompagnement et d’un soutien à la création. Paloma rayonne aussi avec ses nombreuses actions socio-culturelles et ses événements hors les murs.

Un anniversaire, deux dates

Le 9 septembre de 18h à 1h, place à la « Folle Party ». Participez à une quinzaine de concerts secrets : les scènes du Club, de la grande salle et du Patio verront s’enchaîner des artistes nationaux et internationaux, dans tous les styles de musiques : du rock à l’électro en passant par la pop et la soul. Les noms ont été dévoilés au compte-gouttes sur les réseaux sociaux de la salle le mois dernier, à travers des devinettes et des jeux. Les rumeurs laissent suggérer que le groupe l’Impératrice, le Dj Yuksek et les papas du rock français Les Wampas seront de la fête. Une autre partie de la programmation fera la part belle aux découvertes et aux artistes émergents. Ce qui est sûr, c’est qu’après une période de fermeture et de restrictions sanitaires, Paloma compte bien retrouver son dynamisme du début : le public sera invité à danser et peu importe le moyen de vous faire bouger, tout sera mis en œuvre pour que vous puissiez lâcher votre plus beau déhanché. Et comme le Festival « This Is Not A Love Song » commence un peu à vous manquer, Paloma offrira aussi une programmation en
extérieur avec une scène installée pour l’occasion, nommée la « Ballroom ».
Jeux décalés, karaokés, DJs et boum géante viendront agrémenter la fête. Le lendemain, le 10 septembre, c’est en famille que vous êtes attendus pour une après-midi gratuite « du goûter à l’apéro ». Concerts et performances artistiques sont au programme pour une journée dont les maîtres mots sont chill et fun ! En plus de ce week-end festif, un livre rétrospective sur les 10 ans de la salle de concert est en préparation, avec des anecdotes, des photos et des témoignages.

560 444

spectateurs

_________

901

concerts et productions

_________

2 501

groupes et formations
programmés

_________

©Mateo Sanchez

Clara Luciani sur la scène de Paloma en octobre dernier.

INAUGURATION EN 2012

_________

Inaugurée le 7 septembre 2012 par Jean-Paul Fournier, Maire de Nîmes et à l’époque président de Nîmes Métropole, la SMAC Paloma a été conçue par Jean-Michel Bertreux, du cabinet d’architectes TETRARC. Au travers de ses formes et de son envergure, ce bâtiment de 5000 m2 exprime l’énergie créatrice, « pousse les murs, les déforme, les allonge, les projette dans l’espace… ».

©D.R

560 444

spectateurs

_________

901

concerts et productions

_________

2 501

groupes et formations
programmés

_________

Fred Jumel,

Directeur de Paloma

______________________________________________

Pourquoi le prénom Paloma s’est-il imposé comme une évidence ?

Un prénom pour un lieu culturel, ça n’avait jamais été fait et encore moins un prénom féminin. Paloma fait référence aux influences espagnoles propres à la culture nîmoise. Nous voulions quelque chose qui venait adoucir le projet, le féminiser pour contraster avec le côté massif du bâtiment. Avec Paloma, nous sommes allés à contre-courant et nous avons humanisé la salle : on va à Paloma comme on va chez une copine. La Paloma est aussi une chanson de Sebastian Iradier, écrite en 1863, qui est le titre le plus repris dans le monde, loin devant Yesterday des Beatles.

Quels sont vos meilleurs souvenirs de cette décennie ?

Il y en a beaucoup. On peut commencer par l’inauguration : cette salle était attendue et la voir briller et sonner pour la première fois, c’était incroyable. Avec l’équipe, on avait la sensation de se jeter dans le vide. Ensuite, il y a bien sûr les concerts et notamment celui de « Salut c’est cool » où le public avait envahi la scène. On pourrait aussi citer les résidences artistiques, qui sont des moments de doute où on voit la fragilité des artistes : on avait pu recevoir Stromae avant sa première grosse tournée, ou plus récemment Phoenix.


EN SAVOIR PLUS
paloma-nimes.fr