L'ACTUALITÉ DE LA VILLE DE NÎMES

L'ACTUALITÉ DE LA VILLE DE NÎMES

Ce jeudi 25 août 2022, l’esprit de Camargue souffle sur Nîmes avec deux événements : une course camarguaise et une exposition de photographies sur le pourtour des Arènes, qui sera visible jusqu’au 10 octobre.

Assistez à une course camarguaise

Ce jeudi soir, place à la deuxième course camarguaise de l’été dans le cadre du Trophée de l’Avenir, grand prix de la Ville de Nîmes qui a souhaité créer ce nouveau rendez-vous estival afin de valoriser les traditions locales. En piste, les compétiteurs à quatre pattes de la Royale Saumade, qui fête ses 50 ans cette année : les dénommés Tarquin, Estoublon, Chipeau, Castella, Cobalt, Vicaire et Bosco affronteront les raseteurs Félix, Lopez, Cadenas, El Gaiti, Aliaga, Assenat et J. Martin, entre autres. Tous tenteront de ravir quelques attributs aux fiers bious élevés en liberté en pleine nature camargaise. Si vous ne la connaissez pas, venez découvrir cette discipline respectueuse de l’animal, considéré comme un athlète à part entière, si emblématique de la région.
Entrée : 10 €
Plus d’informations : arenesdenimes.com

Patrick Frilet, un grand reporter sur les traces du peuple des taureaux

Depuis mardi, une série de photographies habille les grilles des Arènes. Elle est tirée du livre Les Dynasties de Camargue paru à l’automne 2021 et réalisé avec le journaliste Gil Lorfèvre. Ces photos ont été prises en studios de terrain avec pour toile de fond des tentures en tissus provençaux. Ce travail photographique – comme le livre qui en découle – explore l’univers de la Camargue avec ses dynasties de manadiers, de raseteurs et d’Arlésiennes. Il est là pour soutenir et faire connaître un peuple qui vit et se bat pour défendre ses traditions. Qu’ils soient de la vieille génération avec leurs histoires et leurs envies de transmettre ou de la nouvelle vague avec leur vision d’avenir et leurs espoirs de relève, ils forment ce territoire unique et fascinant.
Professeur de Français dans les ghettos de Belfast en 1973, Patrick Frilet démarre sa carrière de journaliste comme correspondant du journal Libération en Irlande du Nord. En 1975, il intègre l’agence SIPA PRESS et enchaîne les reportages sur les guérillas et les révoltes qui ébranlent le monde. Cinq ans plus tard, devenu photographe indépendant, Patrick Frilet se consacre à des sujets qui requièrent plusieurs mois de travail sur le terrain. De la prostitution des enfants à Manille, aux gangs de Los Angeles, en passant par les tribus nomades de la Corne de l’Afrique, ses nombreuses enquêtes seront publiées dans les plus grands magazines français
et internationaux. Il est aussi le premier photographe occidental à pénétrer en Corée du Nord en 1988.
En 1990, il participe à la création en France de la première formation en photojournalisme qu’il animera jusqu’en 2000.
En 2009, il s’installe aux portes de la Camargue. Un territoire et des traditions qu’il connaît bien puisqu’en 1981 il est envoyé pour couvrir la despedida du maestro El Cordobès. Dans le même temps, il découvre la course camarguaise. Il publiera, au fil des années, de nombreux reportages sur la Camargue et son peuple des taureaux, aussi bien en France qu’à l’étranger.

L’exposition se déroule jusqu’au 10 octobre et sera ainsi en place lors de la Feria des Vendanges.

Share This