L'ACTUALITÉ DE LA VILLE DE NÎMES

L'ACTUALITÉ DE LA VILLE DE NÎMES

ACCUEIL > A VENIR > Le parc Jacques Chirac se dessine

Le parc Jacques Chirac se dessine

Fin 2025, un magnifique parc de 14,5 hectares ouvrira ses portes au public sur les terrains requalifiés des Pépinières Pichon, préservant l’histoire et le patrimoine végétal du lieu.

©Alep paysagiste

Près de l’entrée du futur parc, côté gare.

Déjà dotée d’un parc « emblématique de 15 hectares, les Jardins de la Fontaine, Nîmes va dans les prochaines années doubler la superficie de ses espaces verts d’agrément en cœur de ville, en réaménageant les friches des Pépinières Pichon dans le respect du lieu », résume Jean-Paul Fournier dont c’est l’un des projets majeurs du mandat. Partant du boulevard Natoire, la Ville créera une grande promenade depuis le cœur historique jusqu’au Vistre, au gré de 15 séquences végétales aux fonctions et décors variés.

Où en est-on ?

Après une procédure complexe d’acquisition, arrêtée par le juge administratif à 4 M€ au lieu des 2 M€ estimés par les Domaines, la Ville est enfin en passe de prendre possession de ces lieux à l’abandon, et qui par absence de gestion représentaient un risque (squat, incendie…). Malgré ces aléas, l’avant-projet architectural a été déterminé et les études techniques de faisabilité débutent en septembre. Le permis d’aménager sera déposé à l’automne et les autorisations environnementales sollicitées en parallèle, tandis que commencera également le nettoyage de 3 600 m2 de zones boisées (suppression des sujets morts ou malades). Le projet immobilier qui devait se situer à la frange du parc a été abandonné suite à concertation avec les riverains. L’enveloppe budgétaire s’en trouve ainsi plus limitée. La reconversion du bâti, initialement envisagée en restaurant et lieux de culture, est pour l’instant suspendue au constat à venir de l’état des locaux.

Un parvis généreux

Sur le boulevard Natoire et la rue de Loye, un parvis ouvert où l’on peut s’asseoir sur un mobilier design, conduira vers l’allée des marronniers et les serres. Ici débutera la Via centrale, promenade principale, conçue en référence à la Via domitia, doublée plus loin d’une promenade belvédère en surplomb. Des mobiliers connectés permettront de patienter et de se détendre non loin de la gare.

Des entités paysagères marquées

Jardin floral et de pluie, jardin de brume aux variétés méditerranéennes, clairière pour se reposer ou jouer en famille, pépinière en mouvement, prairie lagunaire figurent dans la première partie du parc, clôturée, qui part du quartier de la gare jusqu’au boulevard Allende. Des espaces pédagogiques avec diverses variétés de cultures historiques (collection soie, papetière…), des panneaux d’information, des zones ludiques de détente ou de sport compléteront les usages.

Promenade des berges

Après la traversée sous le boulevard, le public pénétrera dans la partie non clôturée du parc et cheminera jusqu’au bois des Noyers. L’aspect naturel du lieu constitué par 600 m2 de zone boisée au bord du Vistre sera préservé au maximum.

19 M€

_________

14,5 ha

_________

50 arbres.

_________

10 000 m²

de massifs plantés.

_________

« L’aménagement prendra en compte les îlots de biodiversité et les préservera dans des zones non accessibles. Il exclura bien entendu toute variété invasive exotique. L’éclairage a été étudié en intensité et en couleurs pour qu’il respecte chaque espèce et limite son étendue. »

Pascale Venturini,
adjointe déléguée à l’Environnement, à la Transition écologique, aux énergies renouvelables et au chauffage urbain.

_________

©Alep paysagiste

Prairie lagunaire.

©Alep paysagiste

Jardin de brume.

©Alep paysagiste

Une vaste aire de jeu offrira un point de vue en hauteur sur le parc, telle une vigie.

Julien Plantier,

1er adjoint délégué à l’urbanisme

__________________________________________________________________

Pourquoi ce parc en milieu urbain ?

C’est un projet structurant mûri de longue date par la municipalité, qui arrive en phase opérationnelle. Il s’agit de réhabiliter les anciennes pépinières qui font partie de la mémoire collective des Nîmois, pour que ces derniers se les réapproprient. Cela prolonge le corridor vert que nous avons constitué, des Jardins de la Fontaine en passant par les allées Jaurès et le site Esplanade Feuchères. C’est aussi une réponse aux enjeux climatiques en développant une zone de fraîcheur en ville.

 

Quel est l’esprit de cet aménagement ?

Dans ce parc de nouvelle génération, intégré à son environnement, les usages seront multiples : sport, loisirs, détente en famille, pédagogie et même activités culturelles pourront s’y côtoyer, dans une offre de proximité, accessible aux mobilités douces. Le tout dans le respect de la configuration et des espèces existantes.

Share This