L'ACTUALITÉ DE LA VILLE DE NÎMES

L'ACTUALITÉ DE LA VILLE DE NÎMES

Pendant l’été, la montée des températures est un danger pour les personnes vulnérables qui risquent l’hyperthermie. Dans les écoles ou auprès des personnes fragiles âgées ou handicapées, la Ville agit.

Personnes âgées, handicapées et isolées
Afin de prévenir la canicule pesant sur les personnes âgées de plus de 65 ans, isolées ou handicapées, le CCAS et le Pôle Santé ont lancé du 1er juin au 31 août le plan canicule. 
Durant ces trois mois,  un travail de veille active est effectué auprès des Nîmois inscrits sur le registre des personnes vulnérables de la Ville. Ce registre de plus de 700 personnes s’est largement étoffé depuis la crise Covid, il est l’un des plus importants de France et il est devenu un outil essentiel.

Lien intergénérationnel
14 jeunes étudiants ont été recruté pour maintenir un lien avec les personnes inscrites à ce registre. Ils appellent par téléphone et effectuent des visites régulières pour repérer les personnes en grande difficulté. Cela permet de créer un contact intergénérationnel pour lutter contre la solitude de nos aînés. C’est aussi un grand enrichissement personnel pour les étudiants. Ensuite, un infirmier du Pôle Santé ou un travailleur social du CCAS se rend sur place si la situation est critique. Les visites sont aussi l’occasion de distribuer des colis alimentaires composés de produits frais, en partenariat avec la Banque Alimentaire, aux personnes les plus isolées et précarisées.

+ plus d’infos : Pour vous inscrire sur le registre des personnes vulnérables de la Ville de Nîmes :

  • ccas@ville-nimes.fr 
  • nimes.fr  rubrique Santé/Action Sociale – Seniors – Prévention de la canicule
  • 04 66 76 70 53 ou 04 66 76 84 84
  • CCAS, 14 rue des Chassaintes du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h.
  • Coupon-réponse des prospectus disponibles dans les commerces de proximité

Dans les écoles
Face aux difficultés désormais annuelle, les équipements scolaires s’adaptent afin de favoriser l’aprentissage et le confort des élèves.
Un projet global d’adaptation de nos établissements aux changements climatiques, mené sous le pilotage d’Aurélie Prohin, élue déléguée, est conduit afin d’améliorer le cadre de vie à l’intérieur et à l’extérieur des établissements pour impacter sur les températures dans tous les espaces (classes, cours, etc.) .

Zones refuges et climatisées

Depuis 2017, la Ville de Nîmes a mis en place une série d’actions pour améliorer l’accueil des enfants lors de ces épisodes de fortes chaleurs : climatisation de tous les restaurants scolaires qui sont également des « zones refuges » (pour des élèves, des personnels ou des classes en situation d’inconfort) en cas d’épisode caniculaire., des dortoirs des écoles maternelles (réalisé en 2020). Les climatiseurs des zones refuge sont déclenchés à distance par le service Energie avec une température ambiante de 28 degrés qui peut être baissée à 26 degrés manuellement. Des mesures manuelles sont également prises : portes et fenêtres fermées durant l’ensoleillement et ouvertes au moment où les températures baissent. Enfin, chaque classe nîmoise a été équipée de 2 ventilateurs. Des réassorts et des achats complémentaires sont programmés chaque année. La Ville assure aussi la mise à disposition de brumisateurs dans chaque classe, lors des alertes canicules.

Free cooling, ventilateurs de plafonds et plantations
La Ville met en œuvre dès l’été 2022 de nouvelles actions expérimentales :
– Sur-ventilation nocturne ou free cooling dans l’école Marie Soboul (ce système permet, par un jeu de conduits de ventilation et de sondes, d’abaisser la température intérieure du bâtiment en récupérant la fraicheur de l’air extérieur la nuit, une solution à la fois écologique et économique).
– Ventilateurs de plafond posés d’ici fin juin à la Gazelle élémentaire (2 classes) et Emile Gauzy (1 classe)
– Plantation d’arbres cet automne pour créer une ombre portée sur certains bâiments
Le fruit de ces expérimentations permettra de déterminer le bon modèle à déployer sur toutes les écoles.

Programme de rénovation pour une meilleure performance énergétique pour 12 M €
Plusieurs groupes scolaires, ceux qui en avait le plus besoin, ont fait l’objet d’un programme de rénovation énergétique afin d’améliorer leur performance : les écoles Carmel Plein Air, Gustave Courbet, Langevin, Auguste Faucher élémentaire, Jean-Jacques Rousseau, La Cigale, La Gazelle, Jean Jaurès et Delon Soubeyran. D’autres suivront l’année prochaine pour la rénovation de façades : Armand Barbès élémentaire, Georges Bruguier, Jean Macé, Prosper Mérimée élémentaire, Eau Bouillie primaire, tandis qu’un programme de rénovation de menuiserie est en cours pour Armand Barbès élémentaire, Castanet primaire, maternelle du Chapitre, élémentaire Charles Martel, Combe des oIseaus, Jean Jaurès, Placette, maternelle Prosper Mérimée et élémentaire Saint Césaire, pour un total de près de 12 millions d’euros.

De plus, la Ville intègre systématiquement la notion d’isolation thermique dans les produits utilisés lors des réhabilitations pour chaque création de classes ou de locaux scolaires. L’isolation des murs, des plafonds et menuiseries répond aux normes d’un coefficient compris entre Uw < 2.6W/m2.K et Uw<2.3W/m2.K.  Ce sera le cas en 2023 pour rénovation de l’école Emile Gauzy.

Ambition écologique et de performance énergétique : les cours oasis
La Ville ambitionne une amélioration du confort thermique de ces écoles à travers le développement de cours oasis :
En 2022, de manière expérimentale, elle a sélectionné 3 cours de tailles différentes : écoles de La Cigale , Armand Barbès élémentaire et Prosper Mérimée élémentaire. Il s’agit principalement d’amplifier :
– la désimperméabilisation des sols naturels : pour permettre l’infiltration de l’eau de pluie. Le stabilisé est remplacé par des graviers, des pavés, des copaux de bois ou du sable.
– la végétalisation pour renforcer la biodiversité urbaine tout en favorisant le lien entre les enfants et la nature
– le rafraichissement général : dans les cours Oasis, la végétation, les sols perméables, la présence d’eau et les structures d’ombrages sont favorisés pour créer un îlot de fraîcheur.
– le confort de l’enfant et son inclusion : la répartition de l’espace est repensée en fonction des usages de la cour pour que chaque enfant s’y sente bien. Des aménagements de jeux, des parcours, des buttes, des jeux d’eau sont proposés aux enfants pour diversifier l’offre ludique.

Share This