L'ACTUALITÉ DE LA VILLE DE NÎMES

L'ACTUALITÉ DE LA VILLE DE NÎMES

ACCUEIL > DÉCOUVERTE > Cinq idées pour préserver la biodiversité

Cinq idées pour
préserver la biodiversité

Malgré sa richesse, la biodiversité locale est aussi menacée à Nîmes. Plusieurs actions sont proposées par la Ville pour vous informer et pour agir à titre individuel afin de lutter contre ce fléau.

Laisser les plantes assurer un cycle complet, de la graine à la graine, est une question de survie pour la biodiversité.

1 – Accepter les herbes folles en ville

Depuis plusieurs années, la Ville n’utilise plus aucun produit phytosanitaire pour lutter contre ces herbes spontanées que l’on appelle souvent à tort « mauvaises herbes ». Alors que le désherbage chimique des cimetières sera interdit dans toute la France à partir du 1er juillet, la Ville l’a entièrement arrêté depuis le printemps 2020. Afin de sensibiliser le public à ces nouvelles pratiques, un stand d’information des services biodiversité et espaces verts sera mis en place le 10 juin au matin au cimetière Pont de Justice : présentation de techniques alternatives avec l’ESAT Osiris, de nichoirs, des inventaires biodiversité des cimetières, des enjeux sur la nappe phréatique avec l’EPTB du Vistre.


POUR EN SAVOIR PLUS 
Vendredi 10 juin de 9h à 12h au cimetière Pont de Justice.

2 – Pratiquer les fauches tardives

En 2019, la Ville a déterminé un plan de gestion écologique et différencié de ses pratiques horticoles pour chaque typologie d’espace vert. Selon leur nature et leur usage (accueil du public important ou pas, forte fréquentation, …), leur entretien est modulé en intensité. Dans les espaces naturels et certains espaces verts, les fauches tardives sont privilégiées afin de laisser se développer le cycle de la plante et de favoriser le déploiement de la biodiversité. Vous pouvez en faire de même dans votre jardin : laisser en herbe les pieds d’arbres, véritables réservoirs à insectes pour les oiseaux, ou des parties naturelles fleuries de votre jardin sans tonte systématique.

3 – Participer aux inventaires de biodiversité

Les sciences participatives à la rescousse : si vous aimez observer la nature et contribuer, à votre échelle, à l’inventaire des espèces, vous pouvez alimenter des bases de données contributives qui permettent aux scientifiques de connaître l’évolution à la hausse ou à la baisse de ces dernières. Ainsi, une étude britannique participative des insectes présents sur les plaques d’immatriculation menée sur 20 ans a souligné la chute de 70 % des populations d’insectes ! Suggestions :
Sur vigienature.fr : comptez les escargots et limaces
de votre jardin en posant une planche, les papillons, les bourdons, les libellules au bord de l’eau…
obs-saisons.fr : pour tous âges
• Oiseaux : l’application BirdNet identifie et répertorie les chants d’oiseau, Birdlab analyse leur comportement oiseauxdesjardins.fr
spipoll.org : photographiez les pollinisateurs
sites.google.com/view/geckolocalisation/home : localisez les geckos
• Hérissons : comptabilisez-les sur fne.asso.fr/operation-herisson
• Participez aux visites « sauvages de ma rue » organisées par le Muséum et aidez à leur inventaire sur tela-botanica.org

« Nîmes est reconnue « Territoire engagé pour la nature » depuis janvier 2021, pour les actions menées en faveur de la biodiversité »

Pascale Venturini,
Adjointe à l’environnement, à la transition écologique, aux énergies renouvelables et au chauffage urbain.

4 – Visiter l’exposition Biodiver’cité

À voir jusqu’au 6 novembre galerie Jules Salles, l’exposition « Biodiver’cité, l’Odyssée nîmoise » est réalisée entièrement par le service biodiversité de la Ville et le Muséum d’Histoire Naturelle. Reproduisant les différents paysages et milieux du territoire (Costières, Vistre et zones humides, garrigues, ville et jardins de ville), elle fournit de nombreux conseils et informations sur les bonnes pratiques à adopter, chez soi ou en promenade, et propose des espaces ludiques et participatifs pour tous les âges. Comment les bruits de la ville modifient le chant des oiseaux, comment nos jardins, balcons et potagers peuvent devenir des réservoirs de biodiversité, comment la ville s’est imposée sur un paysage naturel et cohabite avec lui ? Autant d’informations et de conseils de préservation utiles à connaître et à mettre en pratique.


POUR EN SAVOIR PLUS 
Galerie Jules Salles, 13 avenue Amiral Courbet,
du mardi au dimanche de 10h à 18h.
Gratuit pour les – de 18 ans, 5 € plein tarif.

5 – Participer au Rallye photo

Organisé par le Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement du Gard avec la Ville dans le cadre du «territoire engagé pour la nature», ce Rallye Photo vous invite à mettre en œuvre vos talents de photographe afin de (re)découvrir toute la beauté et la diversité de la nature nîmoise. À chaque semaine son thème et son exposition au sein de l’expo BiodiverCité, du 10 juin au 1er juillet. Un rallye sera également proposé à l’automne.


POUR EN SAVOIR PLUS 
Rendez-vous sur nimes.fr et cpiegard.fr
et sur les réseaux sociaux
 @cpiegard @ville2nimes @ville_de_nimes.

LE SAVIEZ-VOUS ?

_________

Le rythme d’extinction des espèces est 10 à 1 000 fois plus rapide que leur rythme de renouvellement.

Share This