L'ACTUALITÉ DE LA VILLE DE NÎMES

L'ACTUALITÉ DE LA VILLE DE NÎMES

ACCUEIL > A VENIR > La rénovation urbaine est lancée

La rénovation urbaine est lancée

Signée en présence de la ministre du Logement Emmanuelle Wargon le 17 décembre dernier, la convention du Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain injecte 470 M€ dans les quartiers Pissevin-Valdegour, Chemin Bas d’Avignon, Clos d’Orville et Mas de Mingue d’ici 2030.

Emmanuelle Wargon, ministre du Logement, est venue à Nîmes acter l’un des plus importants chantiers de rénovation urbaine de France pour les prochaines années.

C’est au cœur du quartier du Chemin Bas d’Avignon que l’ensemble des partenaires de la rénovation urbaine ont signé, en décembre, cette convention préparée depuis plusieurs années. Après une visite à pied du Chemin Bas d’Avignon, permettant de prendre la mesure des premières réalisations de l’ANRU, comme la création de la maison médicale, les espaces publics Saint-Dominique, les premières démolitions de garages et des projets structurants en cours à l’instar de l’aménagement du tram’bus, l’ensemble des partenaires (Ville, Agglomération, Département, Région, bailleurs et Agence Nationale de la rénovation urbaine) ont signé ce document au centre municipal André Malraux. Un engagement ferme très attendu par les 25 000 habitants de ces quartiers. Après plusieurs années d’élaboration et de négociations, les partenaires se sont arrêtés sur un investissement de 470 M€, soit l’un des plus importants dossiers de France. Avec 58 M€, la Ville de Nîmes s’engage fortement pour ces quartiers en qualité de troisième financeur.

Rééquilibrage sur l’Agglomération

À terme, cette convention prévoit la démolition de 1 117 logements locatifs sociaux et en copropriétés dégradées, 50 % étant reconstitués sur Nîmes et 50 % sur l’agglomération nîmoise, avec la construction de 115 logements sociaux in situ et 558 à l’échelle de la ville. Il s’agit en effet de désenclaver, de briser l’effet citadelle et d’insuffler bien plus de mixité qu’actuellement. Parallèlement, 831 logements sociaux vont être réhabilités et 713 résidentialisés, tandis que les copropriétés de la galerie Wagner à Pissevin et des Grillons au Mas de Mingue font déjà l’objet d’un programme de réhabilitation.

Amélioration globale du cadre de vie

La démarche de rénovation ne s’arrête pas à la rénovation des espaces et logements dégradés mais elle embrasse tous les domaines de la vie sociale : édu­cation, transport, commerce, culture, sport, économie… Elle comprend ainsi huit opérations de surfaces commerciales et économiques et sept créations ou requalifications d’équipements publics structurants.

Un Orcod-In prochainement signé

La réhabilitation de 12 copropriétés de Pissevin nécessite une intervention qui dépasse le cadre de ce NPNRU et un dispositif exceptionnel appelé Orcod-In (Opération de Requalification des Copropriétés Dégradées d’Intérêt National), actuellement à l’examen en Conseil d’État, devrait être également décrété ces prochains mois pour une mise en œuvre dès ce printemps, pour un montant de 115 M€.

Les réalisations prochaines

Si certaines ont déjà vu le jour, les réalisations vont désormais s’enchaîner. La Ville a provisionné quelque 21,54 M€ pour 2022. Enfin, la ligne T2 du tram’bus qui relie l’ensemble de ces quartiers avec le centre-ville entrera en fonctionnement, telle une petite révolution, dès le mois de septembre. Non sans avoir apporté elle aussi sa touche conséquente de métamorphose au passage.

« Il s’agit de donner les mêmes chances et la même considération à tous les Nîmois. Cela prendra du temps et demandera des efforts. Cette convention est synonyme de renaissance »

Jean-Olivier Bonné,
conseiller délégué au suivi de la rénovation urbaine.

_________

QUI FINANCE QUOI ?

_________

174,5 M€ : Bailleurs sociaux avec l’aide de la Caisse des Dépôts et Action Logement
118 M€ : ANRU
58 M€ : Ville de Nîmes
25 M€ : Nîmes Métropole
13 M€ : ANAH
12,5 M€ : Département
6,5 M€ : Région
1 M€ : Banque des territoires
0,3 M€ : Europe

Un partenariat entre État, collectivités et bailleurs.

La Tour Avogadro, la plus haute de Nîmes (Tour Magne comprise), va progressivement disparaître en 2022.

Share This