L'ACTUALITÉ DE LA VILLE DE NÎMES

L'ACTUALITÉ DE LA VILLE DE NÎMES

Cette initiative de la Ville de Nîmes en partenariat avec la Ligue contre le Cancer, lancée ce matin, a valeur de test et pourrait être étendue à toutes les écoles de Nîmes.

L’expérimentation a notamment pour but de promouvoir la santé des jeunes et d’agir sur le premier facteur de risque évitable de cancer en éliminant l’exposition au tabagisme passif des enfants et en sensibilisant les élèves de CE2, CM1 et CM2 aux déterminants de santé.

Fumer devant une école, un comportement qui n’est pas neutre
En dépit des mesures des différents gouvernements successifs, le tabac ne cesse de faire des ravages en France et tue chaque année 75 000 personnes en France. Chaque année, on estime aussi qu’environ 200 000 jeunes commencent à fumer. L’âge d’entrée moyen dans le tabagisme est de 13-14 ans (25% des Français de 17 ans s’avouent fumeurs quotidiens ; près de 60 % ont déjà essayé de fumer, notamment devant leur établissement scolaire). Mais la dénormalisation du tabagisme, ce concept qui vise à changer les attitudes face à un comportement considéré comme normal et acceptable, commence dès le plus jeune âge. Et fumer devant une école n’est pas neutre en termes d’exemplarité. « On constate que plus un produit disparaît de notre environnement, moins il est consommé. Nous voulons faire du tabagisme un acte anormal tous les espaces publics à destination des enfants », explique Dolorès Orlay-Moureau, Adjointe déléguée à la santé, à l’hygiène et à la prévention des risques sanitaires. Depuis le 20 janvier, il est donc interdit, par arrêté municipal, de fumer aux abords immédiats des écoles concernées. Cette interdiction s’applique lors des jours et heures d’ouverture des établissements, sur les temps scolaires et périscolaires.

8 écoles concernées dans toute la ville
C’est pourquoi la Ville de Nîmes, en partenariat avec le Comité du Gard de la Ligue contre le Cancer, lance une expérimentation dans huit écoles nîmoises volontaires : Tour Magne, Mont Duplan, Emile Gauzy, Auguste Faucher, Armand Barbès, Plein Air, Saint Césaire et Jean Moulin. Pour cela, elle a mobilisé les services de l’éducation, de la police municipale et de la direction de la santé.
Le projet comprend d’abord la matérialisation d’un espace sans tabac devant chaque établissement scolaire pour contribuer à éliminer l’exposition au tabagisme passif (notamment des enfants), encourager l’arrêt du tabac, et réduire l’initiation au tabagisme des jeunes.

Interventions de sensibilisation
En parallèle, la Ligue contre le cancer réalise des interventions, construites en cohérence avec les programmes de l’Education Nationale, auprès des classes de CE2, CM1 et CM2 (2 fois 1h30 par classe). « Nous espérons développer chaque année le nombre d’écoles volontaires. Rien n’est de trop pour prévenir l’entrée en tabagie des jeunes, cible majeure des industriels du tabac », poursuit Dolorès Orlay-Moureau. « Les espaces sans tabac et les projets mis en place avec les écoles font partie des actions probantes pour développer une génération moins tournée vers les comportements à risque et réduire les cancers », conclut le Professeur Jean Paul Bureau, Président du comité du Gard de la Ligue contre le cancer.

L’installation de ces espaces de santé poursuit l’action de la Ville, qui avait, dès 2017, instauré l’interdiction de fumer dans ses 56 aires collectives de jeux, devenant la 1re commune d’Occitanie à s’engager dans cette démarche.

Share This