L'ACTUALITÉ DE LA VILLE DE NÎMES

L'ACTUALITÉ DE LA VILLE DE NÎMES

Les 8 et 9 juillet la Grande Boucle fera étape à Nîmes. Le directeur du Tour dévoilait au Musée de la Romanité, ce matin, en présence des élus nîmois, le détail des circuits d’arrivée et de départ à Nîmes.

« Tous les chemins mènent à Rome mais aussi à Nîmes » glissait-il en guise d’introduction, saluant les nombreux atouts de Nîmes favorisant ce retour du tour. « Nîmes est la capitale des sprinteurs » soulignait il en particulier, faisant référence à l’étape du 8 juillet :  le peloton en provenance de Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme) se disputera en fin d’après-midi la première place du podium sur l’avenue Allende à l’occasion de la douzième étape, après une entrée par la route d’UzèsLe vendredi 9 juillet, les équipes en lice prendront le départ devant les Arènes en direction de Carcassonne.

Un événement synonyme de retombées économiques puisque plus de 200 000 euros sont dépensés par l’organisateur pour assurer la nuitée sur place des équipes, sans compter les spectateurs venus souvent de loin. De plus, le 8 juillet coincidera avec un jeudi de Nîmes spécial Tour de France, les commerçants du centre-ville et Halles seront associés aux animations et le village du Tour sera installé sur l’Esplanade.

Le directeur du Tour a répondu à nos questions : 

C’est la 19ème fois que le Tour de France fera étape à Nîmes, comment expliquez-vous cette fidélité ?Nîmes est une ville historique du Tour. Dès la troisième édition, en 1905, Nîmes est sur le parcours avec une étape qui venait de Toulon. Il y a des raisons évidentes à cette fidélité : la géographie d’abord. Nîmes est entre les Alpes et les Pyrénées qui sont deux massifs incontournables. Cela tient aussi à la beauté de la ville : les Arènes, la Maison carrée et le vieux Nîmes, tout cela a une allure folle. Le troisième élément, c’est bien évidement la volonté de la Ville de Nîmes et de son maire Jean-Paul Fournier de nous accueillir, au fil des années des liens de confiance et d’amitié se sont tissés. 

Quels sont les atouts de la Ville de Nîmes pour accueillir une manifestation sportive de cette ampleur ? 
C’est de plus en plus rare pour le Tour de France d’avoir une arrivée et un départ dans la même ville. Nîmes a un atout considérable : c’est la qualité de son hébergement. On peut loger la quasi-totalité des équipes cyclistes, la caravane, l’organisation et les journalistes dans Nîmes ou à proximité immédiate dans de bonnes conditions. Tout le monde prend beaucoup de plaisir à se balader le soir dans les rues nîmoises, cela permet une vraie parenthèse. Ce sont des atouts objectifs qui justifient qu’une arrivée et un départ, d’une certaine manière, s’impose à Nîmes. Ce ne sera pas le cas tous les ans mais on est heureux de pouvoir le faire parce qu’on sait que c’est bien pour tout le monde. Les coureurs ont besoin d’un maximum de temps de récupération après les épreuves et lorsque vous êtes logé tout près c’est forcément mieux.

Quel souvenir gardez-vous des passages successifs des Tours de France et de la Vuelta à Nîmes ?
Je garde un souvenir formidable de la Vuelta. J’étais venu et très heureux de venir. J’en ai d’autant plus profité que je n’étais pas en charge du quotidien. La seule fois où le Tour d’Espagne est parti de France, c’était à Nîmes en 2017 et c’est tout sauf un hasard. Javier Guillén, organisateur de la Vuelta, avait souligné les points communs culturels qui existaient entre Nîmes et l’Espagne : la tauromachie, le flamenco et le soleil. Je me souviens très bien du contre la montre par équipe dans les Arènes, c’était extraordinaire. Pour le Tour de France, Nîmes est devenue une place forte des plus grands sprinters. J’ai passé des soirées très agréables à Nîmes, où il fait bon, la chaleur vous enveloppe et vous êtes dans une ville absolument splendide. L’arrivée et le départ à Nîmes, c’est l’assurance de magnifier le Tour. Il y a plus de 190 pays qui diffusent l’événement et Nîmes, ça a de l’allure. On espère pouvoir consommer sur place et se projeter au mois de juillet en espérant passer une très belle soirée. Le plus important, c’est la satisfaction des gens qui viennent sur le Tour, pour y participer ou en tant que spectateur. 

Share This