L'ACTUALITÉ DE LA VILLE DE NÎMES

L'ACTUALITÉ DE LA VILLE DE NÎMES

ACCUEIL > QUARTIERS > Costières > La Rue Tour de l’évêque

La Rue Tour de l’évêque

Cette rue pénétrante va du Planas sur le boulevard Salvador Allende au centre-ville en rejoignant le boulevard Sergent Triaire. Elle traverse la zone humide du Creux des Canards.

Le Chemin Tour de l’évêque, quant à lui, est dans son prolongement et longe à l’ouest le parc Georges Besse jusqu’au Bois des Noyers.

Avant la construction de l’autoroute, le chemin se poursuivait jusqu’au Chemin de Bachas à l’extrémité de la cité des Espagnols. L’origine de la « Tour de l’évêque » vient du Domaine du même nom situé entre le chemin et la route d’Arles, sur la rive droite du Petit Vistre, aujourd’hui transformé en habitations. La fameuse « Tour de l’évêque » semble avoir disparu depuis un bon nombre d’années et soulève des interrogations. La seule véritable trace qu’elle ait laissée est la dénomination de ce passage.

Le quartier des Marronniers

Ce quartier est situé au sud de la ville. Très large, il s’étend de la route d’Arles en remontant jusqu’au boulevard Sergent Triaire et côtoie autant le périphérique que le centre-ville. Il compte environ 6 000 habitants. Dans les années 1950, ce secteur était partagé entre les familles Pichon et Cadière et la majeure partie des terrains étaient agricoles. Aujourd’hui, quelques jardins associatifs ont subsisté tout comme l’esprit « village » et le calme qui y règne. Ces 20 dernières années, le quartier s’est grandement développé de l’autre côté du périphérique avec l’implantation du parc Georges Besse, du laboratoire Phytocontrol, de la Maison des notaires, de résidences étudiantes et de l’Hôtel du Mas de Boudan qui abrite le restaurant du chef étoilé Jérôme Nutile.

Une diagonale verte

Déjà vert, ce quartier est amené à le devenir davantage. Le bois des Noyers a été inauguré en 2020, mais son existence remonte à 1998, où plus de 700 arbres ont été plantés par le Comité régional de la protection forestière selon un processus expérimental afin d’observer la croissance des plantations.
Vous pouvez vous y promener, vous détendre et découvrir la biodiversité des différents espaces qui le composent. Les anciennes pépinières Pichon réaménagées viendront compléter cette « diagonale verte » d’ici 2023. Renommé parc Jacques Chirac, cet espace vert s’étend du quartier de la gare jusqu’au parc Georges Besse. Et d’ici 2025, il sera prolongé au-delà, jusqu’à l’autoroute A9, en continuité piétonne, grâce à une traversée souterraine sous le boulevard. Le long de la rue Tour de l’évêque, des jardins vivriers devraient permettre de développer une agriculture urbaine.
Sources : Les Rues de Nîmes d’Aimat Serre.

JEAN-MARC ALLONGUE

Jean-Marc Allongue est le président du comité de quartier des Marronniers dont il est membre depuis 20 ans. L’association existe depuis 1935. Militaire à la retraite, il a acheté un appartement dans la résidence du Parc dans les années 1980. Il gère ce comité de quartier, très technique, pleinement investi dans son rôle d’intermédiaire avec la Ville de Nîmes pour améliorer la vie des habitants. Jean-Marc et son équipe ont largement contribué à l’ouverture du bois des Noyers : « Je trouvais que ce lieu avait du potentiel, nous avons donc émis l’idée de l’aménager et avons participé à des groupes de travail ».
comite-marronniers.fr

HÔTEL L’ORANGERIE

Mélanie, originaire de Bretagne, est la directrice adjointe de cet hôtel trois étoiles depuis 2017. La bâtisse au style maison de famille du XIXe siècle est « à l’abri des regards » et composée de 37 chambres toutes différentes et décorées de manière unique. L’Orangerie dispose aussi d’une salle de séminaire, d’une piscine et d’un espace de co-working. Idéalement placé, l’hôtel est à un km du centre-ville et proche des grands axes de circulation. « Nous sommes un point de passage stratégique pour les touristes et les professionnels en déplacement ».
04 66 84 50 57
hotel-orangerie-nimes.fr

CAROSSERIE DESPLAS

Gérard André travaille dans cette carrosserie depuis 1958. Il a commencé comme ouvrier à l’âge de 14 ans et a racheté l’entreprise historique en 1999, qui aujourd’hui compte 3 garages et 32 employés. Véritable mémoire du quartier, « Dédé » a vu se construire le périphérique, la gendarmerie et le centre commercial des 7 collines, à l’époque où les jardins prédominaient. « Aujourd’hui je suis à la retraite, mais je suis toujours là. Même si j’ai cédé l’affaire à mon fils, elle reste mon bébé. J’ai passé ma vie ici, du lundi au dimanche, je connais tout le monde ! »
carrosserie-desplas.com
04 66 84 92 83

Share This