LE JOURNAL D'INFORMATION DE LA VILLE DE NÎMES

Vivre Nîmes
ACCUEIL > A VENIR > Coup d’envoi pour la rénovation des Grillons


Coup d’envoi pour la rénovation

des Grillons

Située à l’entrée du quartier du Mas de Mingue, la copropriété des Grillons va faire l’objet d’une vaste Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat (OPAH) dans un secteur qui s’apprête à être entièrement requalifié.

Projet de rénovation urbaine du quartier Mas de Mingue.

est un peu la « vitrine » du Mas de Mingue lorsque l’on arrive par la route de Courbessac. Pour les habitants, cette petite zone alliant commerces, logements, une crèche, une mairie annexe et des garages privatifs constitue un potentiel lieu de vie et de centralité. Sans aménagements majeurs depuis 60 ans, du fait de son statut juridique privé, cette copropriété s’est dégradée au fil des décennies et fait l’objet tant d’incivilités, de vandalisme, que de trafics qui dissuadent toute clientèle extérieure au quartier. Ses 82 logements et parties communes souffrent aussi d’un défaut d’entretien patent consécutif à l’endettement chronique de la copropriété.

Requalification

Face à ce constat, un programme d’accompagnement préventif a été conduit par Nîmes Métropole. En 2017, la Ville a engagé une étude pré-opérationnelle menée par l’agence Citémétrie, également missionnée pour le plan de sauvegarde des copropriétés dégradées de Pissevin au profil similaire (voir page 18). Ils ont mis en évidence la nécessité d’une opération globale de redressement et de requalification de la copropriété, privilégiée sur une démolition, opération plus longue et complexe. En prévision, la Ville a initié le rachat à l’amiable des garages et des commerces appartenant à la copropriété afin de pouvoir agir sur l’aménagement de la future place, une opération confiée à la société publique d’aménagement AGATE. L’ensemble de ces actions s’inscrit en outre dans le nouveau programme de rénovation urbaine (NPNRU) qui va permettre, grâce aux financements qu’il mobilise, de reconfigurer significativement le visage du quartier dans les prochaines années. Déjà la moitié des garages a pu être acquis (certains pourraient être démolis dès 2021), des commerces pourront être relocalisés sur place ou à l’extérieur du quartier. Les rachats se poursuivent et pourraient se terminer par voie d’expropriation. D’ici 2024, une place végétalisée et de nouveaux logements verront le jour avec des rez-de-chaussée actifs desservis par la ligne 2 du tram’bus.

Signature de la convention

Le 26 octobre avait ainsi lieu le coup d’envoi de l’Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat Copropriétés Dégradées (OPAH-CD) avec la signature de la convention entre l’ensemble des partenaires de cette opération, c’est-à-dire l’ANAH, la Région, le Département, l’Agglomération, la Ville de Nîmes et le syndic de copropriété, qui s’engage à effectuer les travaux d’amélioration (isolation en façade, ventilation…) après rachat par la commune de l’emprise foncière de la place, des garages, et des locaux commerciaux. Cette OPAH-CD vise à accompagner la rénovation des parties communes qui nécessitent des travaux urgents, la résorption de l’habitat insalubre, l’amélioration des performances énergétiques, la rénovation des façades, le changement des menuiseries et la résidentialisation de la copropriété pour un total estimé de 3,3 M d’euros, dont environ 3 M d’euros de subventions publiques. Après le choix d’un opérateur pour suivre cette mission, les premières interventions devraient intervenir d’ici un an. Une permanence hebdomadaire sera mise en place sur le centre Jean Paulhan d’ici la fin de l’année. Cette convention aura une durée d’existence de cinq ans.

Un quartier en pleine mutation

D’ici deux ans, le passage du Tram’bus sera un levier de valorisation et un outil de désenclavement du quartier : les travaux démarreront également dans un an, avec trottoirs flambant neufs et pistes cyclables. La mairie annexe doit intégrer dans le courant de l’année le centre Jean Paulhan qui bénéficiera d’une extension. La crèche des bégonias sera repositionnée de l’autre côté de la route de Courbessac au Clos de Coutelle, au sein d’un immeuble mixte avec des logements en étage, d’ici 2023, afin d’élargir son offre sur d’autres quartiers. En attendant, après la création du collège et du pôle Jean d’Ormesson, l’aménagement de la montée Joachim du Bellay est achevé. La démolition de l’ancien collège, dans la foulée de l’immeuble de la Boule d’Or démonté depuis l’été, est programmée pour cet hiver, suivie de celle de l’école Albert Camus. De la terre végétale sera installée pour des projets d’agricultures transitoires et pérennes pour lesquels la Ville espère une labellisation « Jardin fertile ». Parallèlement, le square Montaigne entamera une requalification dans les prochaines semaines.

État actuel

France Bourassin,

chargée d’opération pour la Société publique locale Agate

______________________________________________

Quel est l’enjeu de cette opération dans le projet de rénovation du Mas de Mingue ?

Cela va permettre d’amorcer un changement d’image pour cette entrée de quartier qui sera plus ouverte, plus verdoyante et plus sécure, autant d’évolutions qui concerneront à terme l’ensemble du quartier. La suppression de l’ancienne galerie commerciale, des vieux garages, la rénovation des immeubles de part et d’autre de la place qui sera embellie, aménagée de mobiliers urbains, végétalisée et desservie par le tram’bus va transformer ce lieu de centralité dont tout le monde pourra profiter.

Comment est-elle perçue
par les habitants de la copropriété ?

Nos échanges réguliers avec le syndic et les représentants des propriétaires se déroulent dans la transparence et s’avèrent constructifs : ils aspirent tous à cette amélioration de l’espace public et sont conscients que cette valorisation de leur immeuble est aussi une valorisation de leur bien.

Share This