LE JOURNAL D’INFORMATION DE LA VILLE DE NÎMES

Vivre Nîmes

ACCUEIL > TRIBUNES POLITIQUES > TRIBUNES POLITIQUES D’OCTOBRE 2020

TRIBUNEs POLITIQUEs D’OCTOBRE 2020

octobre 2020

 GROUPES DE L’OPPOSITION 

Nîmes Citoyenne à Gauche

Cette rentrée scolaire est particulièrement éprouvante. Si tout le monde reconnait la nécessité pour tous les enfants de retrouver le chemin de l’école, et malgré l’investissement des enseignants, rien n’a véritablement été préparé, de la part de l’Éducation nationale pour permettre des conditions de travail satisfaisantes. Nous voyons aussi les lacunes dans la rénovation des locaux de certaines écoles pour permettre l’accueil de tous les enfants dans de bonnes conditions (classes surchargées, accueil d’enfants en situation de handicap…).
Cette rentrée est marquée aussi par les questions de sécurité. Sujet complexe, il appelle des réponses diverses, nationales et locales. Nous avons souvent dénoncé le désengagement de l’État sur les effectifs de police. Mais ce n’est pas le seul levier. D’autres services publics, attaqués eux aussi, jouent un rôle majeur pour prévenir et traiter de la question : justice, éducation, insertion professionnelle. Les politiques municipales sont elles aussi en échec. Soutien au secteur associatif, missions de la police municipale, volonté politique de la municipalité de trouver des solutions pratiques innovantes et immédiates sont des enjeux importants. La lutte contre le harcèlement de rue et les agressions des femmes dans l’espace public doit faire l’objet d’une concertation locale pour élaborer en commun un plan d’action et de prévention.

V.Bouget, J.Menut, P.Prat, C.Giacometti, B.Ferrier, S.Fayet, C.Bastid, M.Bernède / elus.ncg@orange.fr – 04 66 67 13 25

Les Progressistes

L’insécurité dans notre cité n’est pas qu’un ressenti, la triste réalité est là, incivilités, délinquance, trafics et grand banditisme nous ont fait basculer dans une dangerosité grandissante. Aussi, nous nous associons sans réserve à la demande légitime des Nîmois auprès du ministre de l’Intérieur pour que des moyens humains et matériels supplémentaires conséquents soient attribués à la police nationale. Mais nous ne devons pas tout attendre de l’État. La problématique est globale, il faut une ambition municipale forte pour que le tissu associatif soit un interlocuteur privilégié, lutter contre le décrochage scolaire, mettre en place des médiateurs terrain sans oublier une augmentation significative des effectifs de la police municipale qui se doit d’être un lien visible et sécurisant.

Les élus du Rassemblement national

Les élus du Rassemblement National n’ont pas fait parvenir de texte à la Rédaction ce mois-ci.

 GROUPE DE LA MAJORITÉ 

Nîmes a été le théâtre ces derniers mois de nombreux actes de violences sur fond d’affrontements communautaires et de trafics de drogue allant jusqu’à causer la mort d’un jeune homme de 21 ans dans le quartier du Chemin-Bas d’Avignon. Depuis le déconfinement, nous observons des agressions répétées d’une extrême gravité envers les femmes, choquant profondément nos concitoyens qui ont largement exprimé leur mécontentement lors de marches blanches.
Jean-Paul Fournier et le groupe de la Majorité Municipale tiennent à rappeler que par leur nature et leur intensité ces agissements criminels relèvent exclusivement de la compétence de l’État et appellent une condamnation sans réserve. Cette situation ne peut plus durer ! C’est pourquoi, Jean-Paul Fournier, après avoir réuni l’ensemble des groupes politiques du conseil municipal, a obtenu une entrevue avec le Ministre de l’Intérieur le 23 Septembre afin d’obtenir des mesures fortes et concrètes pour les Nîmoises et les Nîmois. Parallèlement il a sollicité le Ministre de la Justice ainsi que la Ministre déléguée auprès du Premier Ministre, chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances.
Parce qu’il n’y a pas de vie sociale sans ordre. Parce que sans autorité républicaine ce sont les plus fragiles qui en pâtissent, Jean-Paul Fournier a depuis 2001, plus que doublé les effectifs de Police Municipale passant de 71 à 164 agents. Cela fait de Nîmes la première Police Municipale des villes de moins de 200 000 habitants. Notre cité est également la 2e ville la mieux vidéosurveillée de France.
Pour faire face aux nouvelles menaces nous devons nous adapter afin d’assurer un véritable continuum de sécurité où tous les acteurs travaillent main dans la main pour garantir aux Nîmoises et Nîmois une protection de tous temps et tous lieux. Pour ce faire, le groupe de la Majorité Municipale s’engage à augmenter ses effectifs de Police Municipale avec notamment la création d’une équipe volante sur toute la ville, une création de deux nouveaux postes de Police Municipale annexes qui se trouveront respectivement sur l’Esplanade Charles de Gaulle ainsi qu’à Pissevin. Nous portons aussi l’ambition de créer une brigade de tranquillité et une police des transports pour lutter contre les incivilités du quotidien.
Le groupe majoritaire refuse que la grande politique de renouvellement urbain et ses mesures d’accompagnement social, de réussite éducative et de requalification des espaces publics autour du bien vivre ensemble soient vaines et inutiles.
Nous nous efforçons de mettre en place des dispositifs pour que les Nîmoises et les Nîmois puissent s’épanouir et profiter de la beauté et de la richesse de notre ville.
Tel est le sens de la stratégie portée par Jean-Paul Fournier et le groupe majoritaire pour assurer à chacune et chacun une sécurité globale tout en renforçant la solidarité et le lien social pour que demeure le bien vivre ensemble.

 GROUPES DE L’OPPOSITION 

Nîmes Citoyenne à Gauche

Cette rentrée scolaire est particulièrement éprouvante. Si tout le monde reconnait la nécessité pour tous les enfants de retrouver le chemin de l’école, et malgré l’investissement des enseignants, rien n’a véritablement été préparé, de la part de l’Éducation nationale pour permettre des conditions de travail satisfaisantes. Nous voyons aussi les lacunes dans la rénovation des locaux de certaines écoles pour permettre l’accueil de tous les enfants dans de bonnes conditions (classes surchargées, accueil d’enfants en situation de handicap…).
Cette rentrée est marquée aussi par les questions de sécurité. Sujet complexe, il appelle des réponses diverses, nationales et locales. Nous avons souvent dénoncé le désengagement de l’État sur les effectifs de police. Mais ce n’est pas le seul levier. D’autres services publics, attaqués eux aussi, jouent un rôle majeur pour prévenir et traiter de la question : justice, éducation, insertion professionnelle. Les politiques municipales sont elles aussi en échec. Soutien au secteur associatif, missions de la police municipale, volonté politique de la municipalité de trouver des solutions pratiques innovantes et immédiates sont des enjeux importants. La lutte contre le harcèlement de rue et les agressions des femmes dans l’espace public doit faire l’objet d’une concertation locale pour élaborer en commun un plan d’action et de prévention.

V.Bouget, J.Menut, P.Prat, C.Giacometti, B.Ferrier, S.Fayet, C.Bastid, M.Bernède / elus.ncg@orange.fr – 04 66 67 13 25

Les Progressistes

L’insécurité dans notre cité n’est pas qu’un ressenti, la triste réalité est là, incivilités, délinquance, trafics et grand banditisme nous ont fait basculer dans une dangerosité grandissante. Aussi, nous nous associons sans réserve à la demande légitime des Nîmois auprès du ministre de l’Intérieur pour que des moyens humains et matériels supplémentaires conséquents soient attribués à la police nationale. Mais nous ne devons pas tout attendre de l’État. La problématique est globale, il faut une ambition municipale forte pour que le tissu associatif soit un interlocuteur privilégié, lutter contre le décrochage scolaire, mettre en place des médiateurs terrain sans oublier une augmentation significative des effectifs de la police municipale qui se doit d’être un lien visible et sécurisant.

Les élus du Rassemblement national

Les élus du Rassemblement National n’ont pas fait parvenir de texte à la Rédaction ce mois-ci.

 GROUPE DE LA MAJORITÉ 

Nîmes a été le théâtre ces derniers mois de nombreux actes de violences sur fond d’affrontements communautaires et de trafics de drogue allant jusqu’à causer la mort d’un jeune homme de 21 ans dans le quartier du Chemin-Bas d’Avignon. Depuis le déconfinement, nous observons des agressions répétées d’une extrême gravité envers les femmes, choquant profondément nos concitoyens qui ont largement exprimé leur mécontentement lors de marches blanches.
Jean-Paul Fournier et le groupe de la Majorité Municipale tiennent à rappeler que par leur nature et leur intensité ces agissements criminels relèvent exclusivement de la compétence de l’État et appellent une condamnation sans réserve. Cette situation ne peut plus durer ! C’est pourquoi, Jean-Paul Fournier, après avoir réuni l’ensemble des groupes politiques du conseil municipal, a obtenu une entrevue avec le Ministre de l’Intérieur le 23 Septembre afin d’obtenir des mesures fortes et concrètes pour les Nîmoises et les Nîmois. Parallèlement il a sollicité le Ministre de la Justice ainsi que la Ministre déléguée auprès du Premier Ministre, chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances.
Parce qu’il n’y a pas de vie sociale sans ordre. Parce que sans autorité républicaine ce sont les plus fragiles qui en pâtissent, Jean-Paul Fournier a depuis 2001, plus que doublé les effectifs de Police Municipale passant de 71 à 164 agents. Cela fait de Nîmes la première Police Municipale des villes de moins de 200 000 habitants. Notre cité est également la 2e ville la mieux vidéosurveillée de France.
Pour faire face aux nouvelles menaces nous devons nous adapter afin d’assurer un véritable continuum de sécurité où tous les acteurs travaillent main dans la main pour garantir aux Nîmoises et Nîmois une protection de tous temps et tous lieux. Pour ce faire, le groupe de la Majorité Municipale s’engage à augmenter ses effectifs de Police Municipale avec notamment la création d’une équipe volante sur toute la ville, une création de deux nouveaux postes de Police Municipale annexes qui se trouveront respectivement sur l’Esplanade Charles de Gaulle ainsi qu’à Pissevin. Nous portons aussi l’ambition de créer une brigade de tranquillité et une police des transports pour lutter contre les incivilités du quotidien.
Le groupe majoritaire refuse que la grande politique de renouvellement urbain et ses mesures d’accompagnement social, de réussite éducative et de requalification des espaces publics autour du bien vivre ensemble soient vaines et inutiles.
Nous nous efforçons de mettre en place des dispositifs pour que les Nîmoises et les Nîmois puissent s’épanouir et profiter de la beauté et de la richesse de notre ville.
Tel est le sens de la stratégie portée par Jean-Paul Fournier et le groupe majoritaire pour assurer à chacune et chacun une sécurité globale tout en renforçant la solidarité et le lien social pour que demeure le bien vivre ensemble.

Retrouvez l’espace d’expression des groupes politiques du Conseil Municipal sur nimes.fr

Share This