LE JOURNAL D'INFORMATION DE LA VILLE DE NÎMES

Vivre Nîmes
ACCUEIL > EN VUE > Les Goguettes Interview

Les Goguettes Interview

Depuis 2013, les Goguettes poussent la chansonnette et reprennent de grands classiques de la musique dans des versions parodiques pleines d’humour. Fort de leurs 12 millions de vues sur YouTube, le groupe s’est fait connaître du grand public pendant le confinement avec sa reprise de Jacques Brel « T’as voulu voir le salon ». Il est à retrouver en concert au Théâtre Christian Liger, à Nîmes, le vendredi 9 octobre à 20h. Rencontre avec Clémence Monnier, membre du groupe.

Comment a commencé l’aventure des Goguettes ?

En 2009 j’ai rencontré Stan, au Limonaire. C’était un bistrot à chansons à Paris. Tous les lundis soirs y étaient organisées des soirées goguettes, sous forme de scène ouverte. La semaine nous écrivions nos goguettes et nous venions les chanter. On a donc commencé en amateurs. Ensuite Aurélien et Valentin sont arrivés et en 2013 on a fait notre premier concert ensemble.

Peut-on rire de tout ?

Je pense que oui. Il y a juste certains sujets qui ne nous font pas rire. On ne s’interdit pas de parler de quelque chose. On n’est jamais agressif ou donneur de leçons, c’est pour cela qu’on peut aborder plusieurs thèmes différents. En 8 ans,
les gens l’ont toujours bien pris. On a un public très large et qui ne partage pas forcément nos idées mais il suffit que les gens aient de l’humour.

Qu’est-ce que vous inspire l’actualité ?

L’actualité, c’est notre source d’inspiration depuis le début. Le spectacle, on l’actualise tout le temps. Ça peut concerner l’actualité brûlante ou plus diffuse. C’est difficile de trouver des sujets en ce moment car le coronavirus a monopolisé l’attention. Mais il y a toujours de quoi faire, il y a toujours des choses qui se passent.

Comment avez-vous vécu le buzz de votre titre « T’as voulu voir le salon » pendant le confinement ?

On sait que c’était une période où les gens étaient très connectés, tout le monde était confiné donc ça a parlé à tout le monde, même en dehors de la France. La chanson a été traduite et sous-titrée dans plusieurs langues. Personnellement, ça nous a fait du bien ce succès, surtout en cette période un peu sinistre. On gardera un bon souvenir de ce confinement, de ce point de vue là. C’était excitant et en même temps c’était bizarre car ça restait très virtuel. On a pu profiter de ce buzz pour faire connaître le projet sur des plateaux TV et dans des journaux nationaux, ce qui nous était très rarement arrivé.

Plus d’infos :
lesgoguettes.fr
Le nouvel album « Le temps béni de la pandémie » est sorti le 11 septembre
En concert le vendredi 9 octobre à 20h au Théâtre Christian Liger

Share This