LE JOURNAL D'INFORMATION DE LA VILLE DE NÎMES

Vivre Nîmes
ACCUEIL > À L’AFFICHE > Ours : une expo à dévorer

Ours : une expo à dévorer

Jusqu’au 15 novembre, la galerie Jules Salles, accolée au Muséum d’Histoire Naturelle, accueille l’exposition Ours, mythes et réalités. Cette exposition réalisée par le Muséum de Toulouse retrace l’histoire de l’ours à travers le temps, de la préhistoire à aujourd’hui.

Cette exposition ludique et interactive permet de présenter ce mammifère familier par ses attitudes et par sa proximité avec l’homme et son imaginaire. Vous pourrez découvrir ou redécouvrir de nombreux spécimens : l’ours blanc, l’ours noir, l’ours brun, l’ours à collier, l’ours malais, le grand panda, l’ours paresseux, l’ours des cocotiers et l’ours à lunettes.

L’ours préhistorique

Durant des millénaires, l’ours des cavernes et les hommes se sont côtoyés sur les mêmes territoires, se faisant concurrence pour l’occupation des grottes : les premiers pour y hiverner, les seconds pour en occuper les entrées et y peindre, comme sur la paroi de la Grotte Chauvet. Mais l’homme de Néandertal ou les premiers Homo sapiens n’ont que peu chassé l’ours, et n’ont pas fait partie de son menu car il était végétivore.

Histoires d’ours, histoires d’hommes

Double sauvage de l’homme, animal totémique par excellence dans certaines sociétés antérieures au christianisme, l’ours suscite crainte et admiration. Il est considéré comme le roi des animaux en Europe. Au départ, la ressemblance entre l’Homo sapiens et l’ours a entretenu bien des légendes. Ancêtre chez les Inuits, rival amoureux en Europe, l’ours est à l’origine de bien des contes, de mythes totémiques et de prénoms (Arthur, Bernard, Ursule) : l’ours serait un homme à l’état sauvage !

Admiré et vénéré pour sa force et ses liens avec l’au-delà, l’ours est chassé à partir du Moyen Âge, période où le christianisme veut extirper les traditions païennes, où la déforestation détruit son habitat, on cherche simplement à exterminer les ours. À partir du XIIIe siècle, il fait l’objet d’une chasse ininterrompue et il est humilié en devenant une bête de foire. Ce n’est qu’au début du XXe siècle qu’il retrouve un statut privilégié dans les foyers, sous la forme de jouet, avec l’apparition de l’ours en peluche. Qui n’a pas eu son ours en peluche ? Et oui, l’ours est ainsi enfin réhabilité ! Nées de l’ourson offert à Théodore Roosevelt, ces peluches offrent une image loin de la force et de l’animal sauvage qu’il a représenté pendant des siècles. Menacé, chassé puis décimé, l’ours est protégé depuis 1962. L’évolution des textes montre une protection de plus en plus importante. Les espèces étant menacées, les États sont responsables de leur conservation. C’est à eux de mettre en place une gestion efficace et des mesures de restauration. Un plan d’action, « Ours brun », de 2018 à 2028, vise à restaurer l’habitat, suivre les ours et les réconcilier avec les activités humaines.

Pour en savoir plus :
Galerie Jules Salles : 13 bis, boulevard Amiral Courbet
Du mardi au dimanche de 10h à 18h
Achetez vos billets pour l’exposition au Muséum d’histoire naturelle
04 66 76 73 45
Tarif : 5€ et 3 € tarif réduit.
nimes.fr

www.animesmonete.fr

La collection du Museum

_________

Quand en 1770, Jean-François Séguier, savant nîmois revient vivre à Nîmes, après un long et fructueux périple en Europe, il est loin d’imaginer que, de ses collections, naîtrait un des plus grands muséums français. Inauguré en 1895, le Muséum de Nîmes, premier muséum du Languedoc, se classe au 6e rang national pour la richesse de ses collections. Dans le musée vous ne pouvez en voir qu’1/3, le reste est conservé dans des réserves. Au total, les collections du Muséum comptent près de 330 000 pièces allant des animaux à la botanique en passant par des livres.

Les spécimens d’ours présentés et détaillés.

Adeline Rouilly,

Conservatrice du Muséum d’Histoire Naturelle de Nîmes.

_________

Quel est le lien entre le Gard et l’ours ?

Le Gard a été une terre d’accueil pour les ursidés au cours des temps préhistoriques mais aussi plus récemment dans l’Histoire. Ainsi nos ancêtres ont côtoyé l’ours des cavernes qui a disparu il y a 10 000 ans, preuve en est des nombreux fossiles trouvés dans le Gard et conservés au Museum de Nîmes. Par la suite jusqu’au XVIe siècle, son cousin, l’ours brun a été chassé dans la région jusqu’à sa disparition. Enfin l’ours brun a été vu une dernière fois dans le Gard en 1888 sur l’Aigoual à l’occasion d’un hiver rigoureux, il avait dû descendre du Massif central où il était encore présent.

Le Museum de Nîmes compte-t-il des ours dans sa collection ?

Le Museum de Nîmes possède dans ses collections de zoologie plus de 500 mammifères naturalisés et parmi eux 5 ours : un ours malais, un ours blanc et trois ours bruns qui seront visibles dans l’exposition Ours et dans les salles du Museum. Le Museum possède également dans ses collections de Préhistoire et de Paléontologie des spécimens d’ours des cavernes, dont un squelette complet reconstitué à partir de trois spécimens différents, au XIXe siècle par le géologue gardois Émilien Dumas. Une canine d’ours percée est également visible dans la salle de préhistoire. Elle devait servir de pendeloque.

Share This