LE JOURNAL D'INFORMATION DE LA VILLE DE NÎMES

Vivre Nîmes
ACCUEIL > DÉCOUVERTE > Le domaine de la Bastide

Le domaine de la Bastide

Cœur battant de la plaine du Vistre, sur la route de Générac, le domaine de la Bastide accueille chaque jour sportifs, familles et promeneurs sur un site recherché pour sa fraîcheur, son écrin végétal et aquatique. Un lieu dédié au bien-être également riche d’une biodiversité à préserver.

Il est ouvert tous les jours de la semaine, en accès libre. Bien connu des Nîmois, qui le fréquentent assidûment et le redécouvrent avec un enthousiasme évident depuis le 11 mai, ce site municipal de 30 hectares mêle plusieurs publics, gage de sa vitalité. On peut y voir cohabiter en même temps des apprentis footballeurs à l’entraînement, un sportif de haut niveau en remise en forme individuelle, un groupe de joggeurs, des retraités en promenade, des actifs pique-niquant pour leur pause déjeuner, de tranquilles pêcheurs à la truite, un groupe d’écoliers en kayak, des cavaliers provenant du centre équestre tout proche spécialisé dans la monte camarguaise, ou encore des policiers municipaux venus s’entraîner au stand de tir. Le domaine de la Bastide, c’est tout un univers qui se partage harmonieusement entre activités sportives et de détente.

Complexe sportif

Le Chemin des Minimes, qui longe le ruisseau parfois tumultueux de la Cubelle, affluent du Vistre tout proche et collecteur de multiples valladets, trace une démarcation nette à la fois visuelle et fonctionnelle. À sa droite, un vaste complexe sportif accueille moult activités et disciplines à pratiquer en groupe ou en solo. 7 jours sur 7, la Direction des sports y est présente. Le football y est roi puisque le centre d’entraînement et de formation de Nîmes Olympique occupe une partie du site, qu’il détient depuis plusieurs années. La partie municipale n’en propose pas moins aux clubs nîmois avec 5 beaux terrains engazonnés. Le secret : une coordination permanente entre l’équipe d’entretien des espaces verts affectée au site et celle du service des sports, gestionnaire des installations et de la programmation des rencontres sportives. « Nous nous adaptons au planning sportif pour les opérations d’entretien, de tonte, de traçage, de décompactage ou d’ensemencement, en passant par l’ajout d’engrais organiques. L’arrosage, à partir de la nappe, est quotidien et automatisé en fonction du besoin réel en hydratation. Aucun produit chimique n’est utilisé. Cela n’est arrivé qu’une fois, pour lutter contre la bête noire des stades de football, le pythium. » explique Florent, responsable des espaces verts du site. Mais le foot n’est pas le seul maître de ces lieux : baseball, ultimate, football américain, rugby ont aussi leurs quartiers ici. Tout comme le BMX qui dispose d’une piste neuve (réservée au club), le tir qui a un stand à l’écart. L’étang permet la découverte du kayak lors des séances scolaires ou les stages vacances grâce à la base nautique gérée par l’éducateur sportif Gilles Lelièvre. Il est également le lieu d’entraînement de clubs. En accès libre, parcours de randonnée et de running ne désemplissent pas tandis que les modules d’agrès permettent le renforcement musculaire.

Détente en famille

De l’autre côté du chemin des Minimes, un étang et un petit bois bordés d’allées de promenade, de tables de pique-nique et de bancs offrent un havre paisible et rafraîchissant aux beaux jours. Son étang poissonneux est le rendez-vous des pêcheurs dotés d’un permis.

La forte fréquentation du site, qui reste ouvert jour et nuit, n’exclut pas le bon comportement du public afin de le préserver : pensez à venir avec votre propre sac poubelle afin de ramener vos déchets (bouteille d’eau, emballages, etc.) avec vous car les poubelles sont mises en désordre par les pies et corneilles. Aux beaux jours, l’équipe chargée de l’entretien emporte quelque mille litres de déchets quotidiens, relevés dans les poubelles et conteneurs et ramassés par terre.

Une biodiversité fragile

Cette dernière est soigneusement entretenue par l’équipe d’entretien des espaces verts. Pour favoriser la nidation des oiseaux, dont les canards et cygnes, une île a été formée il y a quelques années dans l’étang, afin de maintenir une zone inaccessible aux promeneurs. Pour aider la reproduction des poissons, les branches tombées à l’eau y sont laissées et les berges maintenues en herbe. Le service biodiversité a inventorié de nombreuses espèces à la Bastide : 31 espèces d’oiseaux, des écureuils, hérissons, castors, crapauds, libellules… Plus envahissant, le ragondin est aussi présent tout comme la tortue de Floride, qui tend à détruire l’écosystème environnant (jusqu’à manger les canetons). Pour rappel, il est interdit de nourrir les animaux sauvages et donner du pain aux oiseaux revient à les mettre en danger car leur système de digestion ne supporte pas le gluten. De même les chiens doivent être promenés en laisse. Feux et barbecues sont formellement interdits, cette infraction lourdement sanctionnable étant malheureusement régulièrement constatée.

Un domaine épiscopal au moyen âge

_________

Le 6 juillet 1096, le pape Urbain II consacre l’autel de la cathédrale Notre-Dame en présence du croisé Comte de Toulouse Raymond de Saint-Gilles, qui à cette occasion lui céda le domaine de la Bastide et de Font-Couverte. Ces terres sont ainsi devenues propriété de la Cathédrale et source de revenus – on y cultivait entre autres la vigne. D’abord désigné comme Villa Fontis Cooperte, le domaine appartient au XIIIe siècle au jurisconsulte puis à l’évêque de Languissel, domaine qui sera démembré en 1552. La ferme des Languissel, remplacée aujourd’hui par le Mas de Galoffre, hôtel de charme, était sur l’emplacement d’une ancienne villa romaine, sur une île entre la Cubelle et le Vistre, nous informe Aimat Serre dans son ouvrage Les rues de Nîmes.

30 ha

_________

31

espèces d’oiseaux.

_________

11

disciplines sportives pratiquées.

_________

1000

litres de déchets enlevés chaque jour.

_________

BONUS

Portfolio du domaine de la bastide

Share This