LE JOURNAL D'INFORMATION DE LA VILLE DE NÎMES

Vivre Nîmes
ACCUEILDOSSIERS > Les écoles et les crèches sont rouvertes

Les écoles et les crèches
sont rouvertes

Depuis le 14 mai, les petits Nîmois ont retrouvé le chemin de l’école et de la crèche. Désinfection des locaux, organisation de l’accueil des élèves, demi-pension… la Ville a déployé de grands moyens pour assurer la réouverture et le fonctionnement de 73 établissements scolaires et cinq crèches municipales dans le respect des règles sanitaires.

Distanciation sociale et gestes barrières ont été les maîtres-mots de cette rentrée.

Tous les niveaux scolaires de la maternelle au primaire ont rouverts avec des effectifs maximum de 10 enfants par groupe d’enfants d’âge maternel et 15 enfants par groupe d’enfants d’âge élémentaire, à l’exception des très petites sections (- de 3 ans) non soumises à l’obligation scolaire.

Immersion à l’école Paul Marcelin

À l’école Paul Marcelin élémentaire, comme dans les 72 autres structures scolaires nîmoises, Magali Ponge, la directrice et l’équipe pédagogique ont travaillé en amont à la mise en place d’un protocole sanitaire, décliné à partir du protocole national. « Chaque enseignant a pris contact avec les familles pour leur expliquer ce protocole. J’ai également travaillé de concert avec la directrice des ALAE et celle de l’école maternelle. Nous avons défini un sens de circulation sur le parking et à l’intérieur de l’école. » L’accueil des enfants est échelonné entre 8h et 8h45. Ici, chaque enfant amène sa serviette de toilette pour un lavage des mains régulier et son matériel scolaire. Certains espaces, comme la bibliothèque ou encore la salle de gymnastique, ont été condamnés. L’école qui compte en temps normal 250 élèves, en accueille aujourd’hui une centaine.

Un service de restauration scolaire gratuit

Le service de restauration garantit de fournir au moins un repas froid dans toutes les écoles. L’inscription est obligatoire 48h à l’avance auprès du référent ALAE de l’établissement . Le temps du repas s’organise avec les professionnels dédiés à l’encadrement des groupes d’élèves et aux situations particulières liées aux locaux et au niveau d’âge. Les repas, remis à température, sont amenés sur plateau dans les classes.

Les tout-petits ont aussi fait leur rentrée

Du côté des crèches municipales, les règles d’hygiènes ont été renforcées. À Delon Soubeyran, Laurence Zanni, éducatrice de jeunes enfants, avait pris soin durant le confinement de garder le contact avec chacune des familles. Il en a été de même au moment de la reprise. « Les parents avaient besoin d’être rassurés. Nous avons eu beaucoup de questions autour de la distanciation, certains d’entre eux avaient peur qu’on ne s’approche pas de leurs enfants. Nous leur avons expliqué que nous allions continuer à nous en occuper comme auparavant. » Comme pour les écoles, une désinfection et un nettoyage sanitaire poussé ont été réalisés, avant d’accueillir les tout-petits. Excepté les auxiliaires de puériculture, aucune autre personne n’est autorisée à entrer dans les unités.

Les enfants sont invités à se déchausser à l’entrée de leur section et des paires de chaussons ont été demandées aux familles. Les parents laissent les enfants à une dès l’entrée de la section. Quant aux agents techniques, qui habituellement vont et viennent tout au long de la journée, elles ne sont plus habilitées à se rendre dans les salles en présence des enfants. Les auxiliaires de puériculture pallient certaines de leurs tâches. Un sens de circulation avec une entrée et une sortie distinctes a été mis en place, ainsi qu’un marquage au sol.

Des règles sanitaires strictes

Bien sûr le port du masque est obligatoire pour chacune des professionnelles. « Nous avions beaucoup d’appréhension sur le sujet, mais finalement cela ne pose aucun problème aux enfants de nous voir avec le masque. Les professionnelles de la petite enfance nettoient également les caisses de jeux. « Nous avons dû réduire la quantité de jeux, les tapis et les jeux en tissu ont été retirés » explique Karine Delboulle, la directrice adjointe. Côté repas, une nouvelle organisation a vu le jour. Le cuisinier amène les plats à l’entrée du service et la distanciation sociale entre les enfants est respectée. Une rentrée réussie pour cette crèche qui accueille aujourd’hui 45 enfants au lieu de 92 habituellement. « Nous n’accueillons pas plus de 10 enfants par section. Si la sécurité sanitaire était bien sûr notre priorité, pour nous la sécurité affective en était une autre, » conclut Laurence Zanni.

La Ville rend gratuits la restauration scolaire et les alae jusqu’à la fin de l’année scolaire. Les crèches sont gratuites jusqu’au 4 juillet.

_________

Hélène Bôl

Adjointe Opérationnelle Pédagogique.

_________

En quoi consistent vos missions ?

Au sein de la direction de l’éducation nous sommes 9 AOP, avec chacune un secteur. Notre rôle et d’encadrer les ATSEM est les référents ALAE. Nous sommes aussi en lien avec les directeurs(trices) d’école.

Comment s’est mis en place le retour de ces agents dans les écoles ?

Début mai, les ATSEM et les référents ALAE ont été équipés en masques et en visières. Avant la reprise, nous avons répondu à toutes les questions que les agents se posaient. Le personnel volontaire pendant la période de confinement a pu également expliquer à leurs collègues ce nouveau fonctionnement. C’était une rentrée inédite, et nous avons été très présentes auprès des agents. Il a fallu sécuriser et baliser les établissements scolaires.

Quel bilan dressez-vous de cette rentrée ?

C’était une rentrée différente, mais tout s’est bien déroulé. Les premiers jours, je me suis rendue dans les 9 écoles de mon secteur avec l’infirmière toujours dans un souci de rassurer le personnel. Elle a répondu à leurs questions et leur a donné des conseils afin de respecter au maximum les contraintes sanitaires.

Comment envisagez-vous la rentrée de septembre ?

Nous ne connaissons pas encore l’évolution de la crise sanitaire, mais une chose est sûre, l’ensemble des mesures prises dans les écoles pourront être déployées à une plus grande échelle pour la rentrée de septembre si cela devait être nécessaire.

SUITE DU DOSSIER

Share This