LE JOURNAL D'INFORMATION DE LA VILLE DE NÎMES

Vivre Nîmes
ACCUEIL > QUARTIERS > Garrigues nord > Ils font fleurir des mosaïques sur les murs

Ils font fleurir des mosaïques
sur les murs

Les jeunes ont apporté une touche artistique au centre Émile Jourdan.

Durant un mois, des jeunes en insertion ont décoré avec talent la rue du Puits Couchoux et réalisé de belles rencontres.

Depuis trois ans, le centre municipal Émile Jourdan organise des chantiers éducatifs d’un genre particulier, avec l’association Présence 30.

Durant trois semaines, il propose un emploi encadré à quinze jeunes en panne d’insertion, pour les aider à remettre le pied à l’étrier. Jusqu’ici, rien d’extraordinaire. Sauf que dans ce chantier éducatif, on va au-delà du coup de pinceau pour redonner de la couleur à un mur défraichi : il est fait appel aux talents créatifs des recrues pour embellir le cadre de vie. Il y a deux ans, des bacs de plantations avaient été mis à disposition des habitants du quartier, après rencontres et échanges avec eux. Depuis l’année dernière, place à la mosaïque de rues : encadrés par Isabelle Boulnois, mosaïste et art-thérapeute, ils créent des motifs pérennes sur les murs des particuliers volontaires pour un embellissement de leur façade. Ainsi, à l’angle de la rue Robert, c’est une véritable mosaïque colorée qui a vu le jour, une de plus dans le quartier. Un travail méticuleux de dessin puis de composition en apprenant une technique jusque-là inconnue de tous. Concentration, détente, précision : certains se sont découvert des capacités insoupçonnées. Christine, la propriétaire, est ravie « Cela égaye le quartier, les voisins sont enchantés, on ne parle que de ça dans la rue. ». Les piliers du centre Émile Jourdan ont aussi été repeints et décorés de motifs soignés. Enjoués, les participants reconnaissent avoir gagné bien plus qu’un salaire et une expérience professionnelle : « Petite je n’aimais pas l’école nous confie Sakina, originaire de Pissevin, je pensais rester trois jours ici, mais j’ai apprécié la dynamique de groupe, l’esprit de partage ». Passe Dany, une habitante et membre du cercle des Ainés du centre Émile Jourdan, qui les a assistés tout le long du chantier.

Auprès d’elle, ils ont trouvé une oreille attentive et bienveillante, l’ont écoutée en retour raconter la vie et les difficultés d’autrefois. Un sacré petit bout de femme, cette Dany ! Sans doute leur meilleur souvenir de ce chantier, voie d’insertion professionnelle et chemin d’humanité.  Une présence plébiscitée par les jeunes : « tous les jours, Dany est venue nous épauler, nous encourager, avec son sourire, ses gâteaux. Elle nous a appris la patience », la remercient-ils émus. 

Ils ont appris à réaliser des mosaïques.

Share This