LE JOURNAL D'INFORMATION DE LA VILLE DE NÎMES

Vivre Nîmes
ACCUEIL > DÉCOUVERTE > Le croco dans la peau

Le croco
dans la peau

L’emblème de Nîmes soulève parfois des interrogations : d’où vient ce crocodile attaché au palmier ? Quelles sont les racines de ce symbole ? Tant de questions qui ramènent aux prémices de la cité romaine.

La référence Antique

Pour comprendre, direction l’Égypte et plus précisément en 48 av. J.-C. La reine égyptienne Cléopâtre a été propulsée sur le trône d’Horus par Jules César, qu’elle a réussi à séduire. Le général romain est venu en Égypte pour rattraper son rival Pompée jusqu’à Alexandrie. Mais quatre ans après, Jules César se fait assassiner, certains disent qu’il avait des ambitions trop grandes. Puis Cléopâtre se lie à Marc Antoine, général romain et maitre de la Méditerranée Orientale. Octave, frère ennemi de Marc Antoine, monte une armée dans le but de le déloger. Cette querelle donnera lieu à la bataille d’Actium en 31 av. J.-C., remportée par Octave, signant la fin des ambitions du couple et instaurant définitivement la domination d’Octavus sur l’ensemble du futur Empire. En 24 avant J.C, pour fêter cette victoire, Octave, renommé l’empereur Auguste, décide de marquer cette date au fer rouge et fait frapper une monnaie à Nemausus célébrant l’événement : l’as de Nîmes. Cette pièce de bronze devient rapidement incontournable et très courante dans l’Empire, sa fabrication s’étalant sur 40 ans. Sur la face, on y voit l’Empereur Auguste et son gendre Agrippa, artisan principal de la victoire à Actium, au revers on retrouve le fameux crocodile enchainé au palmier couronné de lauriers. Le crocodile et le palmier sont des représentations symboliques de l’Égypte, soumise à Rome représentée par les palmes d’Auguste. On retrouve aussi l’inscription COLNEM, abréviation de Colonia Nemausensis, qui signifie colonie Nîmoise.

Nîmes et son emblème

Ce n’est qu’en 1536, sous le règne de François 1er, que les consuls de la ville proposèrent au roi, en visite à Nîmes, d’utiliser la pièce de monnaie romaine comme emblème de la commune. À l’époque, les consuls ignoraient la signification de cette pièce, ils croyaient même que le crocodile était un lézard. En 1983, le marketing territorial pointe le bout de son nez et la ville devient une marque à destination des touristes et des investisseurs, la municipalité de l’époque souhaite rafraichir l’image de Nîmes et entreprend de rajeunir l’armoirie.

Pour cela, ils font appel à une agence de communication pour créer un nouveau logo, l’idée est de moderniser l’emblème tout en conservant la symbolique romaine. Le designer mondialement connu Philippe Starck va aussi travailler sur les nouveaux clous dorés visibles un peu partout en centre-ville.
Source : Nemausensis.com

La visite « Nîmes et le Crocodile »

Cette visite proposée par l’Office de Tourisme, vous permettra de participer à une véritable chasse au crocodile, le grand archosaurien se dissimule partout sur les façades et permet de retracer l’histoire de la ville. Vous pourrez aussi aborder le côté scientifique de l’animal, découvrir les différentes espèces de crocodiles et notamment apprendre que ce reptile est en fait un cousin éloigné de l’oiseau ! De l’Hôtel de Ville, en passant par l’Esplanade et le Muséum d’Histoire Naturelle, le crocodile de Nîmes n’aura plus de secret pour vous.

Pour en savoir plus  :
Visite « Nîmes et le crocodile » samedi 9 novembre à 10h30
Inscription sur nimes-tourisme.com
ou au 04 66 58 38 00

 « La visite de l’Office de Tourisme permet de partir de quelque chose que tout le monde connait pour aborder les côtés scientifique, historique et anecdotique de la chose. »

Isabelle Rocle,
guide conférencière.

_________

Les 4 crocodiles du grand escalier de l’Hôtel de Ville sont perchés depuis 164 ans. Pourtant ils ont tous un itinéraire différent. Le premier date de 1597, le deuxième de 1671, le troisième de 1692 et le quatrième de 1703.

L’emblème de la Ville de Nîmes se retrouve aussi sur des classiques de la gastronomie locale. L’appellation « Costières de Nîmes » en a fait son logo et le petit pâté nîmois arbore lui aussi l’emblématique crocodile et son palmier.

Hormis les clous, Phillippe Starck, a également signé la conception d’un arrêt de bus étonnant sur l’avenue Carnot, les Nîmois l’appellent le Starckophage. Le palmier est toujours là et, vu du dessus, l’installation représente un crocodile.

En 1989, la place du Marché voit apparaître la fontaine du crocodile, signée par l’artiste Martial Raysse. Elle fait face à un palmier, de quoi rappeler l’emblème de la ville, mais la chaîne du crocodile est brisée, sûrement un message de liberté de l’artiste.

Share This