LE JOURNAL D'INFORMATION DE LA VILLE DE NÎMES

Vivre Nîmes

ACCUEIL > ÉVÉNEMENT > Tauromaquia et goyesque : les Corridas de Goya

Tauromaquia et goyesque :
les Corridas de Goya

Tauromaquia et goyesque : 
les Corridas de Goya

Le Musée des Cultures Taurines accueillera dès le 6 juin, premier jour de la Feria, une exposition événement sur Francisco de Goya y Lucientes et son inspiration forte autour du monde de la tauromachie.

L’habile étudiant de Falces, enveloppé de sa cape, se joue du taureau en faisant de brusques écarts, 1814-1816, Tauromaquia 14. Eau-forte, aquatinte et pointe sèche sur papier. Madrid, Real Academia de Bellas Artes de San Fernando.

Goya, peintre et graveur espagnol, naît près de Saragosse en 1746 et meurt en 1828 à Bordeaux. Connu pour nombre de ses tableaux (de La famille de Charles  IV en 1801, au célèbre Dos y Tres de mayo en 1808), l’artiste a également consacré beaucoup d’œuvres à la tauromachie. Peintures, gravures, tapisseries… seront inspirées par la corrida et les célèbres toreros de l’époque (Pepe Hillo, Pedro Romero, Costillares…) avec qui il était ami.

De La Tauromaquia…

Goya sera guidé par la Charte sur l’origine et l’évolution des courses de taureaux en Espagne, de son ami Nicolas de Moratín, et le manuel de Pepe Hillo sur l’art de toréer en Espagne. Entre 1815 et 1816, il réalise une série de trente-trois gravures qui retracent toutes les étapes du déroulement d’une corrida. Ses codes et son évolution y sont représentés de manière magistrale. Avec La tauromaquia (la tauromachie), il réalise une œuvre où les détails des postures, des attaques, des expressions du taureau n’ont jamais eu leurs équivalents.

…aux corridas goyesques

En 1954, la ville de Ronda organise la première Corrida goyesque, marquée dès 1957 par le torero Antonio Ordóñez. Le déroulement de cette corrida est classique à ceci près que les toreros et les spectateurs sont habillés avec des costumes de l’époque de Goya. À Arles, la première corrida goyesque est organisée en 2005 lors de la Feria du riz. À la différence de celle de Ronda, la piste des arènes et ses grandes tours sont habillées d’un décor éphémère qui disparaît sous la muleta des toreros et le galop des taureaux. De grands artistes élaborent ces décors et des cantatrices internationales s’y représentent.Depuis sa création, la corrida goyesque est un événement phare des saisons taurines.

 Une exposition hommage

De la Tauromaquia à la goyesque, hommage à Francisco de Goya réunira 150 pièces. Les trente-trois représentations de La tauromaquia seront exposées, prêtées par Carré d’Art. On pourra également y admirer deux gravures originales et les cuivres qui ont permis de les réaliser, venues de l’Académie des Beaux-Arts de Madrid. Une mise en ambiance dans le 18e siècle de Goya sera assurée par des prêts du Musée du Costume de Madrid. Des pièces plus récentes comme le costume goyesque de Juan Bautista porté en 2016 à Arles, des croquis de préparation des décors des arènes, des photographies aériennes d’Hervé Hôte, des peintures, des dessins et des vidéos permettront de découvrir toute l’influence de Goya.

Plus d’infos : De La Tauromaquia à la Goyesque,
hommage à Francisco de Goya
Du 6 juin au 6 octobre
Du mardi au dimanche, de 10h à 18h
Pendant la Feria, les 7, 8 et 9 juin, ouvert de 10h à 20h et le 10 juin de 10h à 18h.
Visites guidées les 8 et 9 juin.
Agenda sur : Nimes.fr

 

150

pièces exposées.

_________

« La maîtrise par Goya de l’ensemble des techniques artistiques, et tout particulièrement de la gravure, fait de son œuvre la plus forte et la plus précieuse des expressions en matière de tauromachie. Les prêts, consentis par les plus prestigieux musées, soulignent l’intérêt international de notre exposition 2019»

Daniel Jean Valade,
Adjoint au Maire délégué à la Culture.

_________

Hervé Hote, Goyesque 2016 Espla Collection Hervé Hôte.

Portrait équestre de Pepe Hillo par Eugenio Lucas y Velázquez, 1850. Huile sur toile Don de M. Michel Descours au Musée des Cultures Taurines, 2019..

Le saviez-vous ?

_________

7 planches complémentaires de La Tauromaquia ont été réalisées mais Goya décida de ne pas les diffuser, les jugeant défectueuses. Elles feront partie de cette exposition.

Aleth_Jourdan-NIMES

Aleth Jourdan,
Conservatrice du Musée des Cultures Taurines.

En quoi La Tauromaquia est-elle exceptionnelle ?

Nombre d’artistes ont représenté la corrida. Alors que certains mettent en avant son aspect festif, le génie de Goya sera de transmettre la tension dramatique et la violence des affrontements dans ses œuvres.

En quoi cette exposition est un hommage à l’influence de Goya ?

Certaines pièces rappelleront l’admiration qu’il insufflait à l’époque. Le portrait à cheval de Pepe Hillo, récemment donné au musée, en fait partie. Ce tableau, réalisé par Eugenio Lucas y Velázquez, l’un des suiveurs de Goya, met en avant l’un des plus célèbres toreros de l’époque. Goya était très lié à Pepe Hillo dont il immortalisera le décès dans les Arènes dans La Tauromaquia.

Sastrería de toros Santiago Pelayo
Costume goyesque d’Antonio Ordóñez, 1973. Satin blanc, brodé de noir et marron, coton, métal. Ronda, Museo Taurino de la Real Maestranza de Caballería..

Share This