LE JOURNAL D'INFORMATION DE LA VILLE DE NÎMES

Vivre Nîmes

ACCUEIL > QUARTIERS > Grézan – Chemin bas d’Avignon > Le centre Paul Robert réunit les anciens Français d’Algérie

Le centre Paul Robert réunit
les anciens Français d’Algérie

Le centre Paul Robert réunit
les anciens Français d’Algérie

Au 43 rue de Beaucaire, les « pieds-noirs » aux cheveux blancs pour la plupart ne cessent d’aller et venir, toute l’année,

pour un loto, un goûter, une galette. Pas moins de quatre associations, fondées à la fin des années soixante et représentant des rapatriés de diverses régions, y ont élu domicile il y a plus de vingt-cinq ans : l’Amicale des Oraniens du Gard, le cercle des Algéristes gardois, l’association des Mostaganemois du Gard. L’Amicale des Bonois, Constantinois et Anciens de Tunis quant à elle vient d’arrêter son activité : son président Jean-Pierre Rozier a décidé, non sans émotion, de prendre sa retraite de bénévole après plus de 50 ans d’engagement. Un dévouement salué par le maire qui lui a remis la médaille de la Ville. Pas de relève, malheureusement : les nouvelles générations ne cultivent pas cette partie de leur histoire familiale. Rencontres, retrouvailles, nostalgie partagée du pays quitté et jamais revu, mais aussi solidarité constituent les valeurs fondatrices de ces associations qui organisent goûters et repas de fêtes à leurs frais mais toujours gratuitement pour leurs adhérents. Le 23 mars, aux Costières, se tiendra le repas de l’âge d’or pour les plus de 70 ans. En avril, ce sera la mouna, brioche de Pâques, et en juin, dans le jardinet du centre Paul Robert (« pied-noir » auteur du célèbre dictionnaire), le traditionnel méchoui annuel.

Pour en savoir plus :
Oraniens et Mostaganemois du Gard (Robert Aguila) : 06 20 81 10 91 – Centre Algérianiste gardois (Gérard Baquet 04 66 84 53 66)

Jean-Pierre Rozier-NIMES 

« J’ai quitté l’Algérie quand j’avais 27 ans, et je n’y suis jamais retourné, c’est trop douloureux. L’association a été créée en 1966, et j’ai adhéré l’année suivante.

À l’époque, nous étions 1 200, nous organisions de grands rassemblements au Pont du Gard. Je cesse l’activité faute de relève. »

Jean-Pierre Rozier,
président de l’Amicale des Bonois, Constantinois et Anciens de Tunis durant vingt-cinq ans

_________

Share This