LE JOURNAL D'INFORMATION DE LA VILLE DE NÎMES

Vivre Nîmes

ACCUEILDOSSIERS > Un budget qui tient ses promesses

Un budget qui tient ses promesses

Un budget
qui tient
ses promesses

En cette fin de mandat, la municipalité poursuit le cap fixé depuis dix-huit ans : maîtriser les dépenses de fonctionnement et désendetter la Ville tout en maintenant un niveau important d’investissement.

photographie, tourisme, Nimes

Forte d’une gestion saine et exigeante, elle peut aujourd’hui, après avoir transformé la cité, ouvert le Musée de la Romanité, construit et rénové des équipements de qualité, poursuivre des projets d’envergure comme la construction d’un Palais des Congrès, d’une école nouvelle génération ou l’aménagement d’un parc urbain de 14,5 hectares tout en baissant les impôts. En 2019, les fruits d’une bonne gestion conduisent ainsi aux promesses tenues !

Une gestion saine

Une ville qui fait le choix d’investir, de rénover ses écoles et ses routes, de se transformer et se moderniser, doit nécessairement contenir ses charges courantes. Telle est la philosophie budgétaire appliquée à Nîmes depuis 2001. Avec une progression de seulement 0,21 % de ses dépenses de fonctionnement en 2019, elle est bien loin du seuil de 1,35 % désormais imposé par l’État. Cette prouesse est rendue possible grâce à une gestion scrupuleuse des frais de personnel, sans raboter la qualité des services ni le soutien aux associations. Elle est aussi le fruit de l’anticipation : en renégociant chaque année ses emprunts, en remboursant plus qu’elle n’emprunte, la Ville réduit ses charges financières de 7,5 % cette année. Le développement de sa flotte électrique et la rénovation des bâtiments municipaux lui permettent en outre de mieux maîtriser ses dépenses énergétiques.

Une baisse significative de la dette et des impôts

Résultat : en 2019, Nîmes rejoint la moyenne des villes de sa taille en matière d’endettement et de pression fiscale. Non contente de ne jamais avoir augmenté ses taux depuis dix-huit ans, après avoir baissé la taxe des ordures ménagères en 2016, elle s’engage fortement pour le pouvoir d’achat des Nîmois en abaissant de 8,05 % le taux de la taxe foncière en 2019. Ce sera sans doute l’une des seules villes de France à marquer cet effort. La dette, qui était de 292 millions d’euros en 2001, devrait passer pour sa part fin 2019 en dessous des 200 millions d’euros.

Des investissements qui augmentent

Ces choix n’empêchent pas la Ville d’investir massivement, comme elle l’a toujours fait, dans ses infrastructures pour que la population bénéficie d’un cadre de vie moderne et agréable. Les dépenses d’équipement, en hausse d’1 million d’euros, s’élèvent ainsi à 64 millions d’euros en 2019.

Pour en savoir plus :
Retrouvez les éléments clés du budget sur nimes.fr
La question du mois

328 millions d’euros

Montant total du budget 2019

_________

64 M€

de dépenses d’équipement :
+ 1 million d’euros en 2019

_________

– 92 M€

de dette en dix-sept ans

_________

11 M€

d’impôts en moins à la charge
des Nîmois en 2019

_________

– 8,05 %

du taux municipal appliqué
à la taxe foncière

_________

« Ce budget vertueux permet de satisfaire notre engagement, de baisser les taux d’imposition,de réduire la dette et continuer à investir massivement sur des projets d’avenir. »

Pascal Gourdel,
Adjoint au maire délégué aux finances, au commerce et foires et marchés

_________

SUITE DU DOSSIER

2001-2019 : histoire d’une métamorphose

2001-2019 : histoire d’une métamorphose

Si le budget 2019 traduit les projets et orientations de l’année, il s’inscrit dans le temps plus long de l’action publique et traduit les objectifs stratégiques déterminés depuis dix-huit ans…

lire plus
Share This